Finance and Industry, History of a Mismatch: Peugeot, 1919-1939

Jean-Louis Loubet Professeur d’histoire contemporaine, université d’Évry Val d’Essonne ; directeur, LHEST (Laboratoire d’histoire économique et sociale et des techniques).


How to implement a mass production when you are a car manufacturer at the beginning of the 20th century? The article illustrates the case of Peugeot, a French car manufacturer, who had to raise new financings between 1919 and 1939 because of the very carefulness of banks. Even if nothing came out of the business relationships established with the Rosengart and Oustric financing houses, they provided nevertheless the basis of the strengthening of the family relationships and of the setting up of a holding company, key to a self-financing strategy.


Download PDF Format


Footnotes

1   André Citroën est un industriel qui a fait fortune entre 1916 et 1918 dans la fabrication en grande série des obus de 75 mm, introduisant le travail à la chaîne.

2   Assemblée générale ordinaire (AGO) de la SAACP, exercices 1911 à 1914.

3   Direction des études économiques et financières (DEEF) du Crédit lyonnais, lettre de l’agence de Belfort à la direction des agences régionales de Lyon, 19 avril 1913.

4   DEEF du Crédit lyonnais, lettre de la direction des agences régionales à la direction générale, 21 avril 1913.

5   DEEF du Crédit lyonnais, note de l’agence de Belfort, 22 août 1913.

6   Il s’agit d’Émile Juillard-Finsch, directeur de la comptabilité générale.

7   DEEF du Crédit lyonnais, lettre de la direction générale au baron Brincourt, 15 septembre 1913.

8   Conseil d’administration (CA) de la SAAP, 26 février 1909.

9   CA de la SAACP, 15 avril 1911.

10   CA de la SAACP, 28 juin 1917.

11   La CSCA (Chambre syndicale des constructeurs d’automobiles).

12   CSCA, « Notre programme », Bulletin officiel, juin 1917.

13   André Citroën, « Pour demain », 11 novembre 1918.

14   CA de la SAACP, 30 mai 1918.

15   Emprunt par traites de trois mois, renouvelables trois fois. Coût de l’opération, intérêts et commissions : 8,3 %.

16   Il faut attendre les élections législatives de décembre 1919.

17   CA de la SAACP, 20 mars 1919.

18   Alexandre Lemoine, lettre à Robert Peugeot, 30 mars 1919.

19   Jules Peugeot, situation financière de la SAACP, 27 octobre 1919.

20   CA de la SAACP, 17 décembre 1920.

21   Émile Juillard-Finsch, note à Jules Peugeot, 5 avril 1920.

22   Jules Peugeot, CA de la SAACP, 12 décembre 1919.

23   Léon Willard, note à Émile Juillard-Finsch, 8 janvier 1920.

24   Henri (1983) et CA de la SAACP, 27 mars 1925.

25   AGO de la SAACP, exercice 1920-1921, 29 avril 1922.

26   Rapport d’Émile Juillard-Finsch, Situation financière de la SAACP, 4 octobre 1920.

27   Vendue sous le nom de Citroën Type A 10 HP, le modèle est en réalité une 7 CV, une catégorie peu commune au point de vue commercial qui pousse Citroën à la hisser artificiellement dans la famille des 10 CV bien plus appréciée de la clientèle.

28   CA de la SAACP, 31 mars 1920.

29   L’augmentation du prix de vente de la Citroën provient de la mévente de la voiture et de l’impossibilité d’atteindre rapidement les cadences industrielles permettant un abaissement aussi drastique des prix de revient.

30   La production Peugeot de 1889 à 1928, document Automobiles Peugeot, 1969, p. 109.

31   DEEF du Crédit lyonnais, 25237, Société anonyme des automobiles et des cycles peugeot, étude n° 5131, octobre 1920.

32   L’usine de Lille a été pillée par les troupes allemandes entre 1914 et 1918 et n’a toujours pas repris ses activités.

33   DEEF du Crédit lyonnais, 25237, op. cit.

34   250 bicyclettes par jour et 10 voiturettes. Les éléments comme les selles et les sacoches pour bicyclettes sont réalisés dans les usines des Fils de Peugeot frères.

35   DEEF du Crédit lyonnais 25237, op. cit.

36   DEEF du Crédit lyonnais, 25237, SAACP, étude n° 5131, août 1921.

37   Ibid.

38   Alexandre Lemoine, note à Robert Peugeot, 10 juillet 1922.

39   Dans les usines d’aviation qui, en 1922, tentent de fabriquer un moteur Peugeot de 600 CV dont les services de l’armée promettent en cas de succès une commande de 100 exemplaires à 80 000 francs l’unité. CA de la SAACP, 12 juin 1922.

40   CA de la SAACP, 6 novembre 1922.

41   Robert Peugeot, note à Pierre Peugeot, 7 mars 1923.

42   Rapport de la direction générale de la SAACP, mars 1923.

43   CA de la SAACP, 12 juin 1922.

44   DEFF du Crédit lyonnais, SAACP, étude n° 3480-5, juillet 1924, p. 6.

45   Ateliers de construction Paris-Anzin, Société des anciens établissements Paul See, Société d’application du béton armé, Société vermandoise de sucreries…

46   CA de la SAACP, 1er juin 1923.

47   Le warrant est un titre de crédit gagé sur des marchandises entreposées. Il est un effet de commerce négociable comme tel.

48   La CFCI et la SAACP devaient créer la Compagnie de construction industrielle Peugeot à parts égales pour un capital de 500 000 francs. Robert Peugeot et Isaac Kkchlin démissionnent de la CFCI en 1925.

49   La SEDIA est le pendant de la SADIF (Société d’auxiliaire d’aide à l’industrie française) créée avec André Citroën en 1921.

50   À partir de 1926 s’ajoutent la Banque d’Alsace-Lorraine, le Crédit du Nord, le Comptoir d’escompte de Mulhouse et le Comptoir national d’escompte. Dossier Rosengart. Archives Peugeot.

51   Alexandre Lemoine, « Organisation de la direction technique », 3 janvier 1924.

52   Ibid., 15 décembre 1927.

53   AGO de la SAACP, 29 mars 1927.

54   Conseil de gérance des Fils de Peugeot frères, 29 mars 1922. Cette somme fait l’objet dans les livres de comptes des Fils de Peugeot frères d’un compte spécial dont les intérêts sont remboursés par la SAACP tous les trimestres.

55   CA de la SAACP, 10 février 1925 et 27 mars 1925.

56   Pierre Peugeot, « Création d’une Société Cycles », 15 mars 1926.

57   CA de la SAACP, 8 juillet 1926.

58   Ancien élève de l’école d’électricité de Grenoble, spécialiste de la comptabilité industrielle.

59   Girardet (1952), p. 131.

60   Ibid., p. 134.

61   Ibid., p. 131.

62   DEEF du Crédit lyonnais, SAACP, entretien avec Liore, fondé de pouvoir de Rosengart, 24 janvier 1928, note n° 3489/0.

63   À la suite d’une décision prise en septembre 1926, la SAACP déménage son siège social de la rue Danton à Levallois-Perret aux 68-104 quai de Passy à Paris en 1928, dans des locaux surplombant les ateliers centraux des réparations Peugeot. Une grande partie de la direction se déploie rue de Berri pour des questions d’espace, le siège social restant localisé quai de Passy. La SAAP conserve ce siège social jusqu’en 1966.

64   CA de la SAACP, 25 novembre 1924.

65   20 000 actions A (1 voix par action) et 180 000 actions B (1 voix pour 10 actions). La souscription de toutes les actions A et 50 % des actions B sont réservés à la banque Oustric. CA de la SAAP, 13 juin 1928. Les Fils de Peugeot frères s’y opposent et exigent de détenir un minimum de 2 000 actions A, même 3 000 si possible. Conseil de gérance des Fils de Peugeot frères, 24 août 1928.

66   DEEF du Crédit lyonnais, 98AH16, Banque Oustric, n° 6823, 8 août 1928. Le dossier comporte plusieurs coupures de presse.

67   Lettre de la SAAP à la banque Oustric, 13 juin 1928.

68   CA de la SAAP, 20 août 1928.

69   CA de la SAAP, 2 juin 1932.

70   5 CV et 6 cylindres.

71   Jean-Pierre Peugeot, CA de la SAAP, 21 mars 1930.

72   Les succursales Peugeot sont installées à Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, Toulouse, Tours, également Casablanca et Tunis. CA de la SAAP, 2 août 1930.

73   CA de la SAAP, 1er août 1930.

74   Note de la direction commerciale, « Situation commerciale », 9 août 1930.

75   CA de la SAAP, 30 juin et 4 octobre 1930.

76   Le capital est porté à 250 MF. La souscription est réservée à 50 % aux porteurs d’actions A qui reçoivent 3 nouvelles actions contre une ancienne et à 50 % aux porteurs d’actions B qui bénéficient d’une action nouvelle contre 6 anciennes. CA de la SAAP, 8 mai 1930.

77   Les nouvelles actions sont les actions B. Elles sont à vote plural.

78   Sociétés minières de Huanchaca et de Corocoro ainsi que les mines du Djebel Skarna. DEEF du Crédit Lyonnais, 96AH16, op. cit.

79   Textile naturel : Éts Valentin Bloch et les anciens Éts Jules Desurmont. Textile artificiel : la société rémoise de Linoleum, Éts Maréchal et la SNIA Viscosa, spécialiste des cuirs artificiels.

80   Maison Agnès, Maison Germaine Patat et la Maison de gros.

81   Chaussures dressoir, Éts Monteux, Société des chaussures incroyables, Chaussures Fayard, Société générale des chaussures françaises, Chaussures Raoul et Chaussures Binet.

82   Les grands cafés parisiens et la société fermière du casino municipal de Cannes.

83   DEEF du Crédit lyonnais, 37417, Banque Oustric. Extraits de journaux, note n° 6127, sans date.

84   Robert Peugeot, lettre à Albert Oustric et Jean-Pierre Peugeot, 3 novembre 1930.

85   Robert Peugeot, lettre à Albert Oustric, 13 juin 1928 ; Léon Baratte, note à Robert Peugeot, 27 juillet 1928 ; Jules Peugeot, lettre à Jean-Pierre Peugeot, 19 février 1929. Dans ces correspondances, seul Jules Peugeot, le frère de Robert, s’inquiète des titres devenus au porteur.

86   DEEF du Crédit lyonnais, 37417, op. cit.

87   CA de la SAAP, 27 octobre 1930.

88   2 000 actions A sont depuis leur création la propriété de la FFP et des Fils de Peugeot frères.

89   DEEF du Crédit lyonnais, SAAP, étude n° 7770, 18 mai 1930.

90   Une grande part des actions B de la SAAP contrôlée par Peugeot est la propriété personnelle des membres de la famille Peugeot. Ces actions échappent donc encore au contrôle des Fils de Peugeot frères.

91   La DIP est fondée en 1928. Elle devient en 1934 la DIN (Diffusion industrielle nationale).

92   AGE de la SAAP, 4 novembre 1930.

93   Louis Rouff, note à Jean-Pierre Peugeot, 1er mars 1931.

94   CA de la SAAP, 2 mars 1931.

95   Revendeurs et fournisseurs ont également mesuré les conséquences dramatiques pour leurs propres affaires de la fin de la SAAP.

96   CA de la SAAP, 4 avril 1931.

97   L’arrivée de la crise à la fin de 1931 ne permettra pas de réaliser cette hausse. La production plonge au contraire, mais les efforts de productivité maintiennent la rentabilité et les bénéfices de la SAAP.

98   CA de la SAAP, 2 mars 1931.

99   Maurice Jordan, « Situation de la SAAP », février 1931.

100   DEEF du Crédit lyonnais, SAAP, note n° 7770/4, 28 juin 1934.

101   AGE de la SAAP, 27 juin 1934.

102   DEEF du Crédit Lyonnais, op. cit.

103   CA de la SAAP, 22 juin 1931.

104   CA de la SAAP, 7 juin 1933.

105   « Politique aux fournisseurs », note à la direction générale, 20 décembre 1933.

106   Seuls y ont accès Robert et Jean-Pierre Peugeot et Maurice Jordan, puis Édouard Arnaud à partir de 1936.

107   CA de la SAAP, 13 décembre 1933, 1er mars 1934.

108   Robert Peugeot, CA de la SAAP, 15 mai 1935.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+