Institutional Investment and MIFID Revision

Nathalie Oriol Maître de conférences, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM).


MIFID has led to the proliferation of orders execution systems in Europe. Three years after launching, results are subject to discussion and pave the way towards a substantial revision project. In order to throw light on regulatory debate, this paper studies institutional investors’ preferences for order execution methods. Based on Euronext Paris data, the study shows that trading services diversification and a certain degree of order flows fragmentation are justified when accompanied by adapted transparency rules.


Download PDF Format


Footnotes

L’auteur remercie Fabrice Pansard et l’équipe de la Direction de la régulation et des affaires internationales de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour leur aimable collaboration.

1   Source : Thomson Reuters Equity Market Reporter.

2   Nous n’évoquons pas ici les délits d’initiés. Il s’agit simplement de l’exploitation d’une analyse ou d’une information nouvelle par les investisseurs institutionnels dont le niveau d’expertise a largement été démontré comme étant supérieur (comparativement aux investisseurs individuels).

3   Pour une étude plus approfondie des règles de transparence, voir : Grillet-Aubert et Oriol (2007).

4   Plus de 80 % des brokers utilisent les plates-formes de négociation, contre 4 % en internalisation systématique et 16 % en OTC en Europe (Oxera, 2009).

5   Heure, prix, quantité, code du prestataire initiateur, sens de l’ordre et mode d’exécution N application, carnet NSC ou déclaration TCS.

6   Sont exclus les titres qui ont fait l’objet d’une opération structurante ou qui ont été radiés de l’indice au cours de la période considérée.

7   À ne pas confondre avec la pratique, assimilable à un abus de marché, qui consiste pour un intermédiaire chargé d’exécuter les ordres de son client de profiter de l’asymétrie d’information avec ce dernier en se positionnant avant l’exécution.

8   Chiffres 2011 – Thomson Reuters Equity Markets Reporter.

9   Ce qui explique, par ailleurs, les difficultés rencontrées pour réaliser le même type d’étude que celle proposée par l’article sur des données postérieures à la mise en place de la directive MIF.

10   Via la mise en place de logiciels d’analyse des coûts de transaction (TCA) en back office.

11   Le CESR est remplacé par l’ESMA (European Securities and Markets Authority) depuis le début de 2011.

12   Source : Thomson Reuters Equity Market Reporter.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+