Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Bank Liquidity Risks: Definitions, Interactions and Regulation

Youssef Azzouzi Idrissi Doctorant, université de Grenoble et CERAG (Centre d’études et de recherches appliquées à la gestion), UMR 5820 CNRS et université Pierre Mendès France, Grenoble 2.
Philippe Madiès * Professeur de Finance, CERAG, Université Grenoble Alpes, Grenoble INP. Contact : philippe.madies@grenoble-iae.fr.


This article shows that the polymorphic nature of liquidity and consequently liquidity risk by analyzing three types of liquidity and their associated risks, namely the Central Bank liquidity, the Market liquidity and the Funding liquidity. It emphasizes the interactions between Market liquidity risk and Funding liquidity risk and shows how these two types of risk reinforce each other. This analytical framework enables us to evaluate the Basel III proposals for the control of bank illiquidity risk by focusing on two new liquidity ratios, the “short term” liquidity ratio or LCR and the “long term” liquidity ratio or NSFR. We show the virtues and also the limitations of these proposals and suggest some avenues neglected by the regulator.


Download PDF Format


Footnotes

1   Un marché (financier) incomplet est un marché où les contrats qui se nouent entre les opérateurs ne peuvent prévoir, étant donné l’incertitude, toutes les possibilités et y affecter une probabilité objective.

2   Le risque de liquidité est en fait un risque d’illiquidité. La liquidité constitue une variable aléatoire binaire, ou de Bernoulli, qui comprend deux états avec une probabilité donnée : l’état de liquidité et l’état d’illiquidité. Le risque de liquidité correspondrait à la probabilité de survenance de l’état d’illiquidité.

3   Borio (2000), Strahan (2008) et Brunnermeier et Pedersen (2009) définissent la liquidité de financement comme la capacité à obtenir du cash à court terme soit par la vente d’actifs, soit par un nouvel emprunt. Ils lient donc intrinsèquement la liquidité de financement à la liquidité de marché.

4   Le caractère aléatoire du coût d’obtention de la liquidité provient essentiellement de la liquidité de marché, le taux auquel la banque centrale prête de la monnaie étant connu d’avance ainsi que le niveau de rémunération des dépôts à vue.

5   Le cash-in-the-market pricing est une méthode d’évaluation des actifs qui se base sur l’état de la liquidité de marché plutôt que sur le couple rentabilité/risque.

6   Pour le calcul détaillé des ratios LCR et NSFR, voir : Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (2010).


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+