The Risks of the Shadow Banking System in Europe: The Perspective of the Banking Supervisor

Danièle Nouy Secrétaire général, Autorité de contrôle prudentiel (ACP).


Faced with the challenges raised by shadow banking for financial stability, this article deals with two major issues. On the one hand, it presents the risks created by the shadow banking system and shows that it raises specific risks, as well as complex interactions with the banking system. On the other hand, the article aims at determining the best regulatory framework to address them. It describes the major improvements that have been brought to banking regulation contributing to a form of “indirect” regulation of shadow banking: by setting rigorous standards for banking groups, one may influence operations within the unregulated sector. The financial crisis demonstrated, however, that this approach was necessary but not sufficient. Today, there is a certain consensus for a dual approach to go forward: to elaborate “horizontal” regulations for some specific activities and to limit or even ban some activities for banks, without however jeopardizing banking business models.


Download PDF Format


Footnotes

L’auteur remercie Anouar Aqochih, Bertille Delaveau, Hedi Jeddi, Claire Labonne, Ludovic Lebrun, Fabrice Macé, Laurent Mercier et Martin Rose pour leurs commentaires et contributions.

1   Déclaration des leaders du G20 au sommet de Séoul (novembre 2010).

2   Voir, par exemple, Ashcraft et Schuermann (2008), Banque de France (2009) et Acharya et al. (2010). Voir aussi Birouk et Cassan (2012) pour une description de la titrisation en France et les encours concernés.

3   Voir, par exemple, Mian et Sufi (2009) pour une illustration empirique de l’enchaînement causal entre le recours à la titrisation et le développement du marché des subprimes.

4   Voir notamment la directive 2002/47/CE concernant les contrats de garantie financière.

5   Voir le site Internet : www.bnpparibas.com/actualites/presse/bnp-paribas-investment-partners-suspend-temporairement-calcul-valeur-liquidative-f.

6   ESMA (2010) décrit les lignes directrices relatives aux fonds monétaires européens adoptées au cours de la crise financière.

7   La réforme Bâle II a introduit le concept de trois piliers : (1) exigences minimales de fonds propres, (2) processus de surveillance prudentielle et (3) discipline de marché. Voir Comité de Bâle (2004).

8   Le terme CRD4 recouvre un règlement d’application directe (CRR) et une directive (CRD).

9   Le LCR repose notamment sur les hypothèses suivantes : une augmentation importante des décotes sur les financements contre sûretés, une majoration des appels de marge dans le cadre des contrats sur dérivés, l’activation des engagements conditionnels de hors-bilan, contractuels et non contractuels, notamment des tirages sur les facilités de crédit et de liquidité accordées.

10   Voir le site Internet : www.banque-france.fr/uploads/tx_bdfgrandesdates/TBE_2012T2.pdf.

11   Voir, par exemple, Pozsar et al. (2012) pour les risques des établissements financiers spécialisés indépendants aux États-Unis pendant la crise des subprimes.

12   Voir les exemptions prévues par le Dodd-Frank Act : transactions portant sur certaines catégories de titres, market making, opérations de couverture, opérations en lien avec la titrisation ou la vente de crédits…


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+