Cross-Border Retail Banking: Exploring the Unknown Financial Globalization in Times of Financial Crises

Stefanie Kleimeier Université de Maastricht. Contact : s.kleimeiersmaastrichtuniversity.nl
Harald Sander Université de sciences appliquées de Cologne ; Maastricht School of Management. Contact : gh.sander@t-online.de


The surge in cross-border banking prior to the 2007/08 global financial crisis took place not only in the interbank market but also in the retail market, e.g. between banks and their private customers abroad. Cross-border retail activities of banks now account for a substantial share of total international activities. Despite its rising importance, we are just starting to understand the role of cross-border retail banking for globalization and stability. In this study, we assess this less known part of financial globalization by reviewing the development and structure of cross-border banking, identifying the factors that drive retail customers across borders and assessing the impact of financial crises on global retail banking.


Download PDF Format


Footnotes

Cet article est une traduction française du texte de Harald Sander et Stefanie Kleimeier (2013), « Cross-Border Retail Banking: Exploring the Unknown Financial Globalization in Times of Financial Crises », Kredit und Kapital (Credit and Capital Markets), vol. 46, no 2, pp. 247-274.

1   Pour des précisions concernant ces statistiques, voir BRI (2003).

2   Dans un modèle de gravité empirique, les chercheurs peuvent contrôler la résistance multilatérale en introduisant des pays fictifs (Baldwin et Taglioni, 2006). Baier et Bergstrand (2009) ont, de leur côté, proposé une modification des variables explicatives. L'avantage de cette dernière méthode est qu'il est possible d'estimer l'impact des caractéristiques nationales fixes dans le temps, ce qui n'est pas le cas lorsqu'on a recours à des pays fictifs.

3   Cela suppose que s'engager dans le financement de détail à l'étranger ou étendre cette activité est coûteux et ne permet pas de combler immédiatement les déficits en cas de crise.

4   Dages et al. (2000) démontrent que pendant les crises financières des années 1990, en Argentine et au Mexique, les banques étrangères ont contribué à stabiliser l'offre de crédit nationale. Cependant, cet effet est attribué à la santé de ces banques étrangères plutôt qu'à leur nationalité.

5   Une crise bancaire systémique est définie comme une « situation où un nombre important d'emprunteurs font défaut ou ont des difficultés de remboursement conduisant à une très forte hausse des prêts non productifs pour les prêteurs et à un épuisement du capital pour le système bancaire dans son ensemble ». Une crise monétaire est définie comme « une dépréciation nominale de la monnaie d'au moins 30 %, qui correspond également à une hausse d'au moins 10 % du taux de dépréciation par rapport à l'année précédente », et une double crise est « une crise bancaire survenant à l'année t, associée à une crise monétaire au cours de la période [t – 1 ; t + 1] » (Laeven et Valencia, 2008 et 2010).


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+