Unconventional Monetary Policy: The Israeli Experience

Jacob Braude Département de recherche, Banque d’Israël. Contact : kobi.braude@boi.org.il.
Nathan Sussman Comité monétaire, Banque d’Israël. Contact : nathan.sussman@boi.org.il.


Monetary policy in Israel during the global crisis used unconventional measures alongside aggressive cuts in the interest rate. The measures included the purchase of foreign currency, the purchase of government bonds in the secondary market, and additional measures. As the economy began to recover, the Bank of Israel gradually reduced the scale of monetary expansion, rolling back the unconventional measures first. However, foreign currency purchases have continued in various schemes up to date, reflecting the importance of exports to the economy and the enduring challenge posed by an appreciated currency. Several lessons arise regarding unconventional measures: they should be considered an integral part of monetary policy at a near-zero interest rate; they enhance the intensity of the monetary policy response, which is crucial at a time of crisis when the risks of underreacting are acute; the variety of these measures allows the pursuit of several goals apart from monetary expansion.


Download PDF Format


Footnotes

1   Pour une analyse des réserves de change de la Banque d’Israël portant sur plusieurs pays, voir l’encadré 7.2 du Rapport annuel 2008 de la Banque d’Israël.

2   Néanmoins, contrairement à ce qui a été fait dans beaucoup d’autres pays, aucune mesure de relance budgétaire – au-delà des stabilisateurs automatiques – n’a été mise en œuvre en Israël pendant la crise. Cela donnait un rôle encore plus déterminant à la politique monétaire dans la lutte contre la crise.

3   Plus tard, la Banque d’Israël a également supprimé les adjudications à une semaine.

4   En réalité, la Banque d’Israël a commencé à acheter des devises environ deux semaines plus tôt en raison d’une défaillance qu’elle avait identifiée sur ce marché. Même s’il s’agissait de la première intervention depuis dix ans, celle-ci n’indiquait pas un changement de politique car pendant des années, elle s’est réservé le droit d’intervenir dans le cas de défaillances du marché ou d’activités irrégulières, et l’avait publiquement annoncé.

5   Pour une analyse des réserves de change de la Banque d’Israël portant sur plusieurs pays, voir l’encadré 7.2 du Rapport annuel 2008 de la Banque d’Israël.

6   Là où l’on peut tirer d’importantes leçons concernant la politique monétaire en général, nous limitons la discussion à celles particulièrement liées à une politique non conventionnelle.

7   Pour une évaluation détaillée de l’effet de l’intervention sur le taux de change en 2008-2009, voir Sorezcky (2010).


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+