Unconventional Monetary Policy: The Israeli Experience

Jacob Braude Département de recherche, Banque d’Israël. Contact : kobi.braude@boi.org.il.
Nathan Sussman Comité monétaire, Banque d’Israël. Contact : nathan.sussman@boi.org.il.


Download PDF Format


Footnotes

1   Pour une analyse des réserves de change de la Banque d’Israël portant sur plusieurs pays, voir l’encadré 7.2 du Rapport annuel 2008 de la Banque d’Israël.

2   Néanmoins, contrairement à ce qui a été fait dans beaucoup d’autres pays, aucune mesure de relance budgétaire – au-delà des stabilisateurs automatiques – n’a été mise en œuvre en Israël pendant la crise. Cela donnait un rôle encore plus déterminant à la politique monétaire dans la lutte contre la crise.

3   Plus tard, la Banque d’Israël a également supprimé les adjudications à une semaine.

4   En réalité, la Banque d’Israël a commencé à acheter des devises environ deux semaines plus tôt en raison d’une défaillance qu’elle avait identifiée sur ce marché. Même s’il s’agissait de la première intervention depuis dix ans, celle-ci n’indiquait pas un changement de politique car pendant des années, elle s’est réservé le droit d’intervenir dans le cas de défaillances du marché ou d’activités irrégulières, et l’avait publiquement annoncé.

5   Pour une analyse des réserves de change de la Banque d’Israël portant sur plusieurs pays, voir l’encadré 7.2 du Rapport annuel 2008 de la Banque d’Israël.

6   Là où l’on peut tirer d’importantes leçons concernant la politique monétaire en général, nous limitons la discussion à celles particulièrement liées à une politique non conventionnelle.

7   Pour une évaluation détaillée de l’effet de l’intervention sur le taux de change en 2008-2009, voir Sorezcky (2010).


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+