Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Banking in Africa: A Progress Report

Thorsten Beck Cass Business School ; CEPR (Centre for Economic and Policy Research). Contact : Thorsten.Beck.1@city.ac.uk
Robert Cull Banque mondiale.


Download PDF Format


Footnotes

Les résultats, interprétations et conclusions contenus dans le présent article n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement les opinions de la Banque mondiale, de ses administrateurs et des pays qu’ils représentent. Cet article est une version abrégée et révisée de Beck et Cull (2014).

1   Dans cet article, nous employons les expressions « Afrique » et « Afrique subsaharienne » de manière interchangeable. Les pays d’Afrique du Nord ne sont pas inclus dans cette analyse.

2   Les pays ne figurant pas dans la comparaison statistique sont le Botswana, le Gabon, Maurice, la Namibie, les Seychelles et l’Afrique du Sud.

3   La valeur médiane est calculée à partir d’un échantillon équilibré de trente-deux pays d’Afrique pour lesquels nous disposons de données sur l’ensemble des douze années.

4   À la différence des comparaisons précédentes, toutes basées sur 2011, une moyenne a été calculée de 2009 à 2011 pour les données relatives aux entreprises.

5   Pour une analyse plus approfondie des activités bancaires transfrontalières en Afrique, voir Beck et al. (2014).

6   Pour un aperçu général de la littérature relative aux effets d’implantation de banques étrangères, voir Cull et Martínez Pería (2012).

7   Voir notamment Beck et al. (2005) pour le Nigeria, Clarke et al. (2009) pour l’Ouganda et Cull et Spreng (2011) pour la Tanzanie.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+