The Prevention of Natural Disasters: Target the Long Run without Delay

Céline Grislain-Letrémy CREST (Centre de recherche en économie et statistiques) ; université Paris-Dauphine. Contact : celine.grislain.letremy@ensae.fr.
Bertrand Villeneuve Université Paris-Dauphine. Contact : bertrand.villeneuve@dauphine.fr.


Urbanization in areas prone to natural hazards is massive and will grow. Economic analysis offers several tools to contain this phenomenon: insurance pricing in relation to risk, and zoning and building standards in exposed areas. Both approaches are theoretically equivalent, but their applications pose different challenges, and financial incentives were exaggeratedly reduced in France. In both cases, a more rigorous policy will meet opposition, because it will affect more specifically certain places. We discuss the difficult management of the past, and we explain why the grandfather rights or expropriation can not be considered sustainable responses.


Download PDF Format


Footnotes

1   En France, les assureurs peuvent refuser d'assurer les ménages ou les entreprises installés dans des zones où il est interdit de construire (zones rouges) après la mise en place de cette interdiction (Code des assurances, article L125-6), mais très peu de bâtiments sont concernés.

2   L'assurance uniforme, c'est-à-dire dont la tarification est indépendante du risque, peut cependant présenter des avantages : dans le cas des inondations et à une petite échelle géographique telle que le bassin-versant, elle permet d'internaliser les externalités créées sur l'aval par des actions de prévention menées en amont (Grislain-Letrémy et Lemoyne de Forges, 2014).

3   Voir le site : www.planseisme.fr/Nouvelle-reglementation-parasismique.html.

4   Voir le site : www.argiles.fr/.

5   Voir le site : https://msc.fema.gov/webapp/wcs/stores/servlet/FemaWelcomeView?storeId=10001&catalogId=10001&langId=-1.

6   Voir en particulier les « Chroniques judiciaires » de Pascale Robert Diard sur lemonde.fr.

7   Aux États-Unis, d'après le bureau de recensement, la durée médiane de résidence dans le logement actuel est de 5,9 années (voir le site : www.census.gov/hhes/migration/data/sipp/sipp2001.html) ; elle était de 5,2 ans en 1998 (voir le site : www.census.gov/sipp/p70s/p70-66.pdf).

8   Projet de loi n° 491 enregistré à la présidence du Sénat le 3 avril 2012.

9   Voir Grislain-Letrémy et al. (2013) pour une analyse détaillée de ce projet de loi.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+