Quantifying Greenhouse Gas Emissions of the Financial Sector

Anne Gerardi Chef de projet Finance & Climat. Contact : annegerardi@icloud.com.
Alain Grandjean Associé fondateur, Carbone 4. Contact : alain.grandjean@carbone4.com.
Emmanuel Martinez Directeur environnement, Groupe Société générale. Contact : emmanuel.martinez@socgen.com


To answer the challenges of climate change, a massive reorientation of private and public financing flows is required. The financial sector appears to be a key player to engage the energy transition. One of its first objectives in the context of this low-carbon transition is to have methods and tools to estimate emissions of greenhouse gases (direct and indirect). The estimate of GHG emissions enables the financial sector to better understand and manage its exposure to climate change and to identify development business opportunities related to greenhouse gas emissions. Among the indirect emissions of greenhouse gases in the financial sector, the key issue is to quantify financed emissions, i.e. caused by the detention of a financial asset. The purpose is to present the existing practices for quantifying GHG financed emissions of financial institutions across the two types of existing methodological approaches, to date.


Download PDF Format


Footnotes

1   Livre blanc sur le financement de la transition énergétique, Direction générale du Trésor, Commissariat général au développement durable, sous la supervision de Dominique Dron, ingénieure générale des Mines et avec le concours de Thierry Francq, conseiller du directeur général du Trésor, novembre 2013.

2   Émissions de GES appartenant ou étant sous le contrôle de l'organisme et généralement dénommé dans certains référentiels en scope 1, c'est-à-dire les émissions directes de GES des secteurs économiques dues à la combustion de ressources fossiles, aux émissions des procédés, aux émissions fugitives et aux émissions issues de la biomasse.

3   Émissions de GES provenant de la production d'électricité, de chaleur ou de vapeur importée et consommée par un organisme (généralement dénommées dans certains référentiels en scope 2), et toutes les autres émissions de GES qui sont une conséquence des activités d'un organisme, mais qui proviennent de sources de GES appartenant à ou contrôlées par d'autres organismes (généralement dénommées dans certains référentiels en scope 3).

4   Cet article est la synthèse d'un travail réalisé conjointement par le Club finance de l'Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE), l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), l'Association Bilan Carbone (ABC) et la Caisse des Dépôts, avec le soutien de Carbone 4, dans le cadre d'une démarche sectorielle visant à produire un guide pratique destiné à aider les institutions financières (banques, assurances, gestionnaires d'actifs) à appréhender les enjeux du réchauffement climatique pour le secteur financier et les besoins de quantification des émissions de GES qui résultent de leur activité. Des approches diverses sont préconisées dans ce guide en fonction des spécificités (et des objectifs) des institutions financières. Cette initiative a rassemblé une grande diversité d'acteurs et d'experts des problématiques liées au climat, à la comptabilité carbone et à la finance. Il présente un large éventail de méthodes et d'outils répondant à la diversité des métiers et des organisations du secteur financier. Tout en capitalisant sur le savoir-faire français, cette démarche se positionne dans une perspective européenne et internationale plus large. Le travail complet, à vocation pédagogique, a été publié le 8 décembre 2014. Il est disponible gratuitement sur les sites de l'ORSE (www.orse.org/realisation_d_un_bilan_des_emissions_de_gaz_a_effet_de_serre_pour_le_secteur_finan cier-7-335.html), de l'ABC et de l'ADEME.

5   En France et pour les entreprises suffisamment importantes (article 75 de la loi Grenelle 2).

6   Le CDP est une organisation à but non lucratif visant à étudier l'impact des principales entreprises mondiales cotées en Bourse sur le changement climatique. Il effectue depuis 2003 une campagne annuelle pour recueillir des informations sur les émissions de GES des entreprises (www.cdp.net).

7   Ces opérations se traduisent généralement dans les bilans par des écritures symétriques qui se compensent.

8   Un facteur d'émission d'une source quelconque de carbone est un ratio exprimé en tonnes de CO2e par unité qui permet de calculer le contenu carbone de cette source. Le bilan de GES d'une entité s'obtient en multipliant ce facteur d'émission par la quantité d'unités et en additionnant ensuite tous ces produits.

9   L'ISO 14064-1 spécifie les principes et les exigences, au niveau des organismes, pour la quantification des émissions de GES, leur suppression et la rédaction de rapports. Elle comprend des exigences pour la conception, la mise au point, la gestion, la rédaction de rapports et la vérification de l'inventaire des GES d'un organisme.

10   L'ISO TR 14069 fournit des directives d'application de l'ISO 14064-1 aux inventaires des GES, au niveau des organisations, pour la quantification et la déclaration des émissions directes, des émissions indirectes liées à l'énergie et des autres émissions indirectes.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+