Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Global Liquidity Spillovers

Christian Bordes Professeur émérite, Centre d’économie de la Sorbonne, université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne). Contact : christian.bordes@univ-paris1.fr.


Download PDF Format


Footnotes

L’auteur remercie Laurent Clerc pour ses remarques sur une version préliminaire.

1   Transcript – Meeting of the Federal Open Market Committee on 16 September 2008, www.federalreserve. gov/monetarypolicy/files/FOMC20080916meeting.pdf.

2   Transcript – Meeting of the Federal Open Market Committee on 28-29 octobre, 2008, www.federalreserve.gov/monetarypolicy/files/FOMC20081029meeting.pdf.

3   Ce qui ne veut pas dire que les incidences sur les marchés financiers et, plus généralement, sur l’économie mondiale (cf. infra) resteront les mêmes ; par exemple, les effets du programme d’achat de la BoJ se font surtout sentir en Asie, alors que ceux de l’assouplissement quantitatif de la Fed sont plus largement diffusés.

4   Toutefois, les agrégats monétaires larges fournissent généralement un tableau moins volatil de la croissance économique dans les différents pays, car ils internalisent la substitution entre les différents actifs liquides. Dans le même temps, plus l’agrégat monétaire est large, plus grande est sa capacité à mesurer la liquidité monétaire ainsi que celle des marchés financiers (BCE, 2011).

5   Sur cette question, voir aussi l’encadré (pp. 79-80) dans le rapport de la Banque mondiale (2015). Il y est fait référence à une étude économétrique de ses économistes montrant qu’un choc de 25 points de base sur les taux longs des économies du G4 se traduit par une réduction du montant global des flux de capitaux à destination des économies émergentes et des économies en voie de développement équivalant à 0,45 % de la valeur cumulée de leur PIB, soit une baisse de 10 % du montant des flux. Par ailleurs, il ressort d’une étude portant sur 34 économies émergentes que celles qui font plus largement appel aux financements internationaux et aux banques « globales » sont plus sensibles à la dynamique de l’offre (Cerutti et al., 2015).


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+