Negative Rates: Handgun or Distress Signal?

Jézabel Couppey-Soubeyran Maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; conseillère éditoriale, CEPII. Contact : Jezabel.Couppey@univ-paris1.fr.


The negative nominal rates currently applied to some sovereign and banks, which refinance at negative interest rates offered by some central banks, have swept aside the zero-lower bound assumption. Although they seem to increase the leeway of monetary policy, are the negative rates a controlled consequence of the unconventional monetary policy? Or do they much more reflect the threats of deflation and the unfavorable macroeconomic situation, or even worse, do they appear as an early warning of secular stagnation? What if the recovery relied more on the yield of productive investment (i.e. the natural rate as defined by Wicksell) than the level of market interest rates? This return to the Wicksell’s natural interest rate approach brings a key issue: to prevent both deflation and secular stagnation, should the monetary rate be perpetually cut to new lows? Or should we try to raise the natural rate? In that case, how to raise the natural rate?


Download PDF Format


Footnotes

L’auteur remercie Julien Pinter (BSI Economics) et Salim Dehmej (université Paris 1, Labex Refi) pour leur relecture attentive et les échanges stimulants qui en ont résulté, ainsi que Guillaume Arnould (université Paris 1) pour les données. Les analyses et les opinions exprimées dans cet article restent de la seule responsabilité de l’auteur.

1   Très graduellement rehaussé par la suite jusqu’en septembre 2014, il a été de nouveau fixé très bas en 2015 à –0,75 %, pour être très légèrement remonté en janvier 2016 à –0,65 %.

2   Depuis janvier 2015, la BNS applique un taux négatif de –0,75 % sur les avoirs en compte de virement – réserves des banques suisses sur leur compte à la BNS – et fixe la marge de fluctuation du Libor à trois mois entre –1,25 % et –0,25 %.

3   Pour des analyses récentes de la création monétaire, voir notamment McLeay et al. (2014) et Jakab et Kumhof (2015).

4   Les passages entre guillemets reprennent la traduction proposée par Christian de Boissieu dans « Knut Wicksell : les deux taux d’intérêt », Le Cercle des économistes.

5   Voir notamment Woodford (2003).

6   Voir le site : www.qe4people.eu/.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+