The Financing of the Economy in the Post-Crisis Period

Christian Gianella Chef du Service économique pour le Cône Sud, Ambassade de France à Buenos Aires. Contact : christian.gianella@dgtresor.gouv.fr.
Leonardo Puppetto Conseiller financier, Ambassade de France à Buenos Aires. Contact : leonardo.puppetto@dgtresor.gouv.fr.


Fifteen years after its historical sovereign default, we describe structural factors weighting on economic growth in Argentina and analyse how they affect economic agents' ability to access financing. Notably, we show that a long track-record of uncertainties regarding the local currency generated an inefficient financial sector. We present the first measures implemented by the newly elected government and give a breadth to the economic perspectives.


Download PDF Format


Footnotes

1   Les jugements rendus sur ce litige sont disponibles sur le site : http://argentine.shearman.com.

2   Pour une revue plus détaillée du litige ayant opposé l'Argentine à ses créanciers procéduriers, voir Cailloux (2014), ou Bardin (2016) pour la réponse de la communauté internationale.

3   En 2014, selon la BCRA, on dénombrait 81 établissements financiers en Argentine, dont 65 banques et 16 établissements non bancaires.

4   On peut ainsi considérer qu'il existe deux monnaies en Argentine : le peso servant à financer les dépenses courantes et le dollar utilisé comme monnaie d'épargne.

5   Cette situation n'est pas propre à l'Argentine et survient dès lors que le taux de change est surévalué dans un contexte de raréfaction des réserves de change (par exemple, en Égypte ou au Venezuela récemment).

6   Jusqu'à celle réalisée par l'Arabie Saoudite quelques mois plus tard.

7   Ce programme est destiné aux PME (crédits de maturité supérieure à 36 mois) et aux entreprises unipersonnelles (maturité minimale de dix ans).

8   Fixé à 5 % lors du lancement du programme, ce ratio a été progressivement rehaussé à 6,5 %. Le dernier renouvellement, en juillet 2015, s'est accompagné d'une hausse du ratio exigé de 6,5 % à 7,5 % des dépôts et d'une baisse du taux d'intérêt maximal imposé de 19 % à 18 %.

9   Le corralito lors de la grande crise de 2001 a profondément marqué les esprits : limitation des retraits, interdiction de transférer des fonds à l'étranger et conversion des pesos des dépôts en dollars au taux de change officiel alors surévalué.

10   Les seuls acteurs français sont Cetelem et BNP Paribas, dont les parts de marché sont marginales (0,1 % des actifs).

11   Données BCRA pour 2015.

12   Les bénéfices du secteur bancaire se répartissent environ à parts égales entre l'intermédiation financière et le rendement des titres détenus par les banques (lettres et notes de la banque centrale principalement, dont le rendement atteignait environ 30 % annuels à la fin de 2015).

13   Ceux-ci représentaient 146 % des crédits en 2015.

14   En mars 2012, la BCRA a notamment mis en place un contrôle des taux d'intérêt à la consommation, imposant un taux compris entre 1,25 et 2 fois le taux à trois mois des opérations monétaires.

15   www.lanacion.com.ar/1832418-por-novena-vez-el-gobierno-prorrogo-el-blanqueo-de-capitales.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+