Challenged by Migration: Europe's Options

Amelie F. CONSTANT Université de Princeton, UNU-MERIT et GLO. Contacts : ameliec@princeton.edu ; kfz@princeton.edu.
Klaus F. ZIMMERMANN


This paper examines the migration and labor mobility in the European Union and elaborates on their importance for the existence of the EU. Against all measures of success, the current public debate seems to suggest that the political consensus that migration is beneficial is broken. This comes with a crisis of European institutions in general. Migration and labor mobility have not been at the origin of the perceived cultural shift. The EU in its current form and ambition could perfectly survive or collapse even if it solves its migration challenge. But it will most likely collapse, if it fails to solve the mobility issue by not preserving free internal labor mobility and not establishing a joint external migration policy.


Download PDF Format


Footnotes

1   Nous préférons l'expression « scepticisme envers l'UE », plutôt que le terme largement utilisé « euroscepticisme » qui prête à confusion après la crise qui a touché la monnaie.

2   Voir diverses synthèses telles que Constant (2014) et (2017), Giulietti (2014), Kahanec et Zimmermann (2009 et 2016), Zimmermann (1996 et 2014) et Blau et Mackie (2016). L'ouvrage édité par Constant et Zimmermann (2013) apporte d'autres contributions. L'analyse présentée dans cette section s'appuie également sur Constant (2017) et Zimmermann (2016).

3   Le premier accord de Schengen a été signé par la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, la France et l'Allemagne en 1985. La mise en œuvre de Schengen a été signée en 1990 et promulguée en 1995 pour les signataires d'origine auxquels s'ajoutaient l'Italie, l'Espagne, le Portugal, la Grèce et l'Autriche rejoints par le Danemark, la Finlande et la Suède en 2001.

4   L'espace Schengen de libre circulation sans contrôles aux frontières inclut vingt-six pays. Seuls vingt-deux appartiennent à l'UE28. L'Irlande et le Royaume-Uni n'appartiennent pas à l'espace Schengen auxquel sont candidats Chypre, la Croatie, la Roumanie et la Bulgarie. Par ailleurs, l'Islande, le Lichtenstein, la Norvège et la Suisse appartiennent à l'espace Schengen, mais pas à l'UE28.

5   Les refontes de la convention de Dublin (2003 et 2013) ont permis la « réadmission » des demandeurs d'asile et défini des critères spécifiques pour l'admission. Elles ont mis en place EURODAC, la base de données de l'UE répertoriant les empreintes digitales de demandeurs d'asile. Face à l'afflux de réfugiés à l'automne 2015, de nouvelles révisions ont été proposées.

6   Le Danemark, l'Irlande et le Royaume-Uni ont choisi de ne pas adopter l'euro. Aujourd'hui, seuls dix-neuf des vingt-huit pays de l'UE ont fait de l'euro leur monnaie unique.

7   L'Islande, le Liechtenstein et la Norvège qui appartiennent à l'Espace économique européen jouissent également de la liberté de circulation.

8   Par exemple, le Danemark a fermé ses frontières maritimes et terrestres avec l'Allemagne du 4 mars au 2 juin 2016, la Norvège du 15 janvier au 12 mai 2016, la Suède du 10 janvier au 7 juin 2016, la France du 13 novembre au 26 mai 2016 dans le cadre de l'état d'urgence lié aux attaques terroristes à Paris. Conformément à la recommandation du Conseil européen du 12 mai 2016, l'Allemagne a fermé sa frontière terrestre avec l'Autriche jusqu'au 12 novembre 2016 et l'Autriche a fermé sa frontière terrestre avec la Slovénie et la Hongrie du 16 mai au 12 novembre 2016. Voir le site http://ec.europa.eu/dgs/ home-affairs/what-we-do/policies/borders-and-visas/schengen/reintroduction-border-control/index_ en.htm.

9   Voir le site www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/IDAN/2016/578990/IPOL_IDA(2016)578990_EN.pdf.

10   Un récent article de la Commission européenne (2017) décrit cinq scénarios supposant le maintien de l'UE.

11   Voir également pour le reste de cette section Zimmermann (2016) pour une discussion plus approfondie sur ces questions, notamment dans le contexte des migrations de réfugiés. Comme Constant et Zimmermann (2005) l'ont montré précédemment, le canal d'entrée des migrants peut être crucial pour les futures performances économiques.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+