Are Public Guarantees for Credit to SMEs Efficient? Some International Official Survey

Sébastian Schich Administrateur principal, Division des marchés financiers, Direction des affaires financières et des entreprises, OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Contact : Sebastian.SCHICH@oecd.org.Le présent article s'inspire en partie des résultats de l'enquête OCDE/CE présentée dans les travaux de Schich et al. (2017). Les opinions exprimées et les arguments employés dans cet article ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l'OCDE ou des gouvernements de ses États membres.


While small firms are important potential drivers of real economic activity growth, they are considered as lacking access to finance. This situation has motivated policy intervention to facilitate their funding. Policy support for SMEs takes various forms and includes in particular the provision of partial guarantees by publicly supported credit guarantee arrangements for credit extended by banks to SMEs. Policy makers have recognised the need for evaluating the performance of such arrangements, especially as such evaluations can be helpful in changing the design of existing financial guarantee programmes, so as to make them operate more effectively. The results from an OECD/ECsurvey on evaluating publicly supported financial guarantee programmes for SMEs suggest however that there is considerable discrepancy in many countries between actual practises and what might be considered “good practises” in assessing the performance of these arrangements. Many policy makers appear to trust in the net economic benefits generated by such support arrangements for SMEs to such an extent that they do not feel obliged to produce “hard evidence” in support of this view.


Download PDF Format


Footnotes

1   Le questionnaire était basé sur un projet d'enquête développé en collaboration avec le Joint Research Centre de la Commission européenne (EC JRC) et présenté au CMF de l'OCDE et au Groupe de travail sur les PME et l'entrepreneuriat (WPSMEE) de l'OCDE, qui l'avaient examiné. Il a été distribué par la Commission européenne aux pays de l'Union européenne qui ne sont pas membres de l'OCDE. Il a été élaboré par Sara Maccaferri, Jessica Cariboni (toutes deux faisant partie de l'EC JRC) et Sebastian Schich (OCDE) ; la rédaction d'une synthèse des réponses à l'enquête a été confiée à Jessica Cariboni, Anna Naszodi (toutes deux faisant partie de l'EC JRC) et Sebastian Schich. Les réponses reçues portaient sur un total de 32 évaluations de dispositifs de garantie du crédit dans 23 pays membres de l'OCDE (Allemagne, Autriche, Belgique, Canada, Chili, Corée, Espagne, Estonie, États-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Japon, Lituanie, Mexique, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Suisse et Turquie). Une réponse a été reçue de la part d'un pays membre ne disposant pas d'un CGS (Islande).

2   Pour un aperçu récent et succinct du fonctionnement d'un large échantillon de CGS, voir Chatzouz et al. (2017).

3   L'expression « entreprises zombies » est employée ici pour désigner des entreprises qui ne seraient pas financièrement viables sans une certaine forme de soutien extérieur (pouvoirs publics, créanciers, etc.).

4   En principe, une analyse contrefactuelle est également possible en utilisant des données recueillies à des niveaux plus élevés d'agrégation, même si elle requiert des hypothèses plus restrictives et qu'elle n'est effectuée sous cette forme que très rarement.

5   Une autre présentation de ce dernier concept implique la neutralité budgétaire, laquelle tend toutefois à être utilisée moins fréquemment.

6   Une note de bas de page explicative concernant cette question indique que « construire le contrefactuel signifie évaluer ce qu'il serait advenu des participants au programme si le programme n'avait pas existé. Développer un contrefactuel implique généralement de prendre en compte deux groupes d'entreprises, dont l'un est « traité » (autrement dit, qui bénéficie de la garantie) et l'un est « non traité » (autrement dit, qui ne bénéficie pas de la garantie). Les deux groupes peuvent être construits de différentes manières. »


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+