Non-Linearities in the Relationship between Finance and Growth

Ugo PANIZZA Institut de hautes études internationales et du développement, Genève (Suisse) ; Centre for Economic Policy Research, Londres (Royaume-Uni). Contact : ugo.panizza@graduateinstitute.ch.Le présent article a été préparé pour un numéro spécial de la Revue d'économie financière. Je tiens à remercier Laurent Clerc qui m'a invité le rédiger. Cet article s'appuie sur des travaux menés conjointement avec Jean-Louis Arcand et Enrico Berkes (Arcand et al., 2015 a et b) et sur Panizza (2012 et 2014). Par conséquent, il existe d'importants recoupements entre certaines parties de cet article et les publications susmentionnées.


This paper reviews the empirical literature on the links between finance and growth with a special focus on the empirical literature that has shown that the marginal contribution of financial depth to economic growth becomes negative in countries with large financial sectors (the “too much finance” result). It then assesses the empirical and theoretical validity of recent criticisms to this literature and concludes by discussing avenues for future research aimed at identifying the channels through which a very large financial sector can slow down economic growth.


Download PDF Format


Footnotes

1   Le lecteur doit savoir qu'il existe une abondante littérature traitant de ce sujet. Pour une étude détaillée, voir Levine (2005) et Beck (2011).

2   L'article a d'abord fait l'objet d'une publication dans VoxEU en avril 2011 (http://voxeu.org/article/has-finance-gone-too-far). Il a ensuite été publié sous forme de document de travail du FMI en juin 2012 (https://www.imf.org/external/pubs/ft/wp/2012/wp12161.pdf) et a finalement été publié dans Journal of Economic Growth en mai 2015. Le concept « trop de finance » était pour sa part basée sur une note d'information (Panizza, 2009) préparée pour la Cnuced (2009).

3   Voir, par exemple, « Warning: Too Much Finance Is Bad for the Economy » par The Economist (http://www.economist.com/blogs/buttonwood/2015/02/finance-sector-and-growth) (un article qui par ailleurs ne cite même pas l'article « Too Much Finance »), l'article du Financial Times par Martin Wolf intitulé « Why Finance Is Too Much of a Good Thing » (https://www.ft.com/content/64c2f03a-03a0-11e5-a70f-00144feabdc0) ou encore la question « Too Much Finance? » soulevée au Parlement européen (http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+WQ+E-2015-007727+0+DOC+XML+V0//EN&language=mt).

4   Cline (2015b) a répondu à notre réfutation en laissant entendre qu'il fallait envisager deux types de finance. Pourtant son modèle n'intègre pas ces deux types de finance. Par conséquent, notre réfutation reste valide.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+