Financial Development and Financial Fragility: Two Sides of the Same Coin?

Svetlana ANDRIANOVA Professeur associé d'économie, Université de Leicester
Panicos O. DEMETRIADES Professeur d'économie financière, Université de Leicester ; ancien gouverneur, Banque centrale de Chypre


The paper puts forward three inter-related reasons that explain the recent breakdown of the (bank-based) finance-growth nexus, comprising the use (or abuse) of the relationship by policy-makers, capture by ruling elites and institutional constraints. It concludes that in order to restore the ability of banks to promote growth, the influence of ruling elites on rule of law, financial regulation and supervision needs to be minimized.


Download PDF Format


Footnotes

1   Voir, par exemple, Demetriades et James (2011) et Andrianova et al. (2015 et 2017).

2   Voir, par exemple, BERD (2016).

3   Voir, par exemple, Demetriades et al. (2016).

4   Voir, par exemple, Demetriades et Hussein (1996) ou Arestis et Demetriades (1997) qui apportent des preuves qui remettent en question les résultats indiquant un lien de causalité allant de la finance à la croissance dans les régressions portant sur plusieurs pays.

5   Par exemple, Rioja et Valev (2004).

6   Il faut noter que la plupart des recherches mettant en avant l'idée que la finance en général et les grandes banques en particulier favorisent la croissance, qui se sont imposées dans la littérature, ont été commanditées et en grande partie financées par la Banque mondiale. En tant que tel, il est difficile de les considérer comme indépendantes.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+