Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

The Redistributive Effects of ECB Monetary Policy

Jérôme Creel OFCE ; Sciences Po ; ESCP Europe. Contact : jerome.creel@sciencespo.fr.
Christophe Blot OFCE ; Sciences Po ; Université Paris Nanterre. Contact : christophe.blot@sciencespo.fr.
Paul HUBERT OFCE, Sciences Po. Contact : paul.hubert@sciencespo.fr.
Fabien LABONDANCE CRESE, Université Bourgogne Franche-Comté ; OFCE ; Sciences Po. Contact : fabien.labondance@univ-fcomte.fr.


The debate about wealth inequality has recently hit the sphere of monetary policymaking: some analysts argued that the unconventional monetary policy would benefit the rich at the expense of the poor. This contribution reviews the channels explaining the relationship between monetary policy and income inequality. An empirical test on the Euro area suggests that ECB unconventional monetary policy may have increased inequality in favour of households who are employed and hold a financial portfolio.


Download PDF Format


Footnotes

1   La BCE a pris un éventail assez large de mesures dites non conventionnelles depuis la fin de l'année 2008. Une partie d'entre elles porte sur la fourniture de liquidités – via les opérations de refinancement à court et long terme –, tandis que d'autres consistent à intervenir sur différents marchés de titres. Ainsi, dans le cadre des programmes CBPP (covered-bond purchase programme), ABSPP (asset-backed securities purchase programme), SMP (securities market programme), PSPP (public securities purchase programme) et CSPP (corporate sector purchase programme), la BCE a acquis des obligations sécurisées (type Pfandbriefe en Allemagne et obligations foncières en France), des titres collatéralisés, des obligations souveraines et des obligations émises par des entreprises du secteur privé.

2   Il s'agit non seulement des détenteurs d'actifs concernés par les programmes d'achat de titres, mais aussi les propriétaires d'autres actifs qui bénéficient également d'une hausse des prix à travers le canal du choix de portefeuille.

3   Comme les PMNC ont été mises en œuvre récemment, l'estimation de leur effet par des données d'enquête est impossible.

4   La baisse des taux d'intérêt peut aussi profiter aux ménages qui renégocieraient la portion résiduelle de leur emprunt initial.

5   Il est cependant possible que tous les ménages n'aient pas profité équitablement de l'effet richesse lié à la hausse des prix immobiliers.

6   La réunion du Conseil des gouverneurs de la BCE où sont prises les décisions de politique monétaire se tient approximativement toutes les six semaines depuis 2015. Avant 2015, cette réunion était mensuelle.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+