The Relationship between Savings and Credit: Reasons and Consequences of a Bicentennial Oblivion

André Babeau * Professeur des Universités. Contact : andre.babeau@free.fr.


Everywhere national accounts measure precisely the flows of the annual net savings of households. However, nowhere they are able to give the precise allocation of these flows between its three uses: loan reimbursements, real investments and financial investments. In particular, for some two hundred years economists have completely disregarded reimbursements, as well as the potential relationship between credit and the global amount of households' savings. These oblivions have many reasons, including the subordinate status of credit in economic analysis and the real difficulty to compute the “true” reimbursements funded by current savings. The consequences of these oblivions are very important. Without the inclusion of these variables, no acute retrospective study on savings can be undertaken. As regards forecasting, no significant turnaround of the household's savings rate has been foreseen during the last decades, neither its fall in the 80 ‘s - for which the liberalization of credit is largely responsible - nor its rise in several countries just after the subprime crisis at a moment when credit shrank.


Download PDF Format


Footnotes

1   Cette substituabilité est évidente dans l'instant ; elle peut aussi caractériser des situations plus durables de larges recours au crédit sur de longues périodes, générant des passifs dangereux, comme on l'a vu à l'occasion de la crise de 2008.

2   Il s'agit des « jubilés bibliques » dont certains se demandent s'ils ne devraient pas être réintroduits aujourd'hui sous une forme ou sous une autre (Goodhart et Hudson, 2018).

3   Du côté des actifs financiers, il est également clair que l'on a une meilleure compréhension des évolutions si, au lieu de ne considérer que les soldes nets, on connaît séparément le montant des dépôts et celui des retraits.

4   Le crédit à la consommation (coté ressources) et les remboursements qui y correspondent (côté emplois) n'étaient pas pris en compte. Le calcul des remboursements des crédits habitat était particulièrement fragile. Les transactions sur logements anciens n'étaient pas produites.

5   Pour les seuls crédits à l'acquisition de logement neufs, l'écart entre crédits autorisés et crédits utilisés est peut-être faible, mais il serait bon de pouvoir le montrer précisément en disposant des deux types de séries.

6   Modigliani (1965), Friedman (1976), Lucas (1995), Deaton (2015), Thaler (2017).

7   En France, les financiers semblent avoir été à cet égard moins myopes que les économistes. Selon Daniel Lebègue en effet, dans les années 1980, la Direction du Trésor estimait « à la louche » qu'un bon tiers de l'épargne des ménages était consacré au remboursement des emprunts.

8   Pour la France, il faut mentionner les travaux précurseurs de Sicsic et Pécha (1988) à la Banque de France. Pour le Royaume-Uni, on citera Muellbauer et Murphy (1989). Plus largement, les travaux de Jappelli et Pagano (1994) font autorité en ce domaine.

9   Depuis le 31 décembre 2017 s'applique dans la zone euro le règlement de la BCE du 18 mai 2016 relatif à la collecte de données sur le crédit et le risque de crédit. Il sera intéressant, dans quelque temps, de voir comment ce nouveau dispositif, baptisé « AnaCredit », est susceptible d'apporter une réponse à certaines des interrogations évoquées dans cet article.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+