The American Dollar International Status and the Changes in the Financial System: the Role of Eurodollars and Shadow Banking

Jonathan MASSONNET * CERAG, Université Grenoble Alpes. Contact : adrien.faudot@univ-grenoble-alpes.fr.** Haute école de gestion de Genève ; Contact : jonathan.massonnet@hesge.ch.


Download PDF Format


Footnotes

1   La financiarisation peut être définie comme le rôle croissant des motivations financières, des marchés financiers, des acteurs financiers, et des institutions financières dans le fonctionnement des économies, ceci tant au niveau national qu'au niveau international (Epstein, 2005, p. 3).

2   Par ailleurs, les logiques financières appliquées aux entreprises multiplient les transactions, du fait de la segmentation des chaînes de valeur. La financiarisation a donc un impact sur le nombre et le volume des échanges internationaux réalisés.

3   « Non seulement les filiales qui ne sont pas soumises à la loi américaine peuvent offrir un taux supérieur au plafond, mais les dépôts correspondants dans les banques américaines ne sont pas soumis aux réserves obligatoires » (Lelart, 1978, p. 6).

4   Voir également Burk (1991, p. 366) pour des précisions à cet égard.

5   Comme le note un rapporteur de notre article, les eurodollars servent aussi d'instrument de réserve de valeur au sens où, dès le départ, il permet aux institutions financières d'échapper à un certain nombre de contrôles et de régulations bancaires tout en constituant un placement attractif.

6   Le Libor est le taux interbancaire pratiqué à Londres, auquel les principales banques internationales prêtent des montants donnés de devises.

7   Ce que Mehrling et al. (2015) qualifient de « C6 » regroupe la Fed, la Banque d'Angleterre, la Banque du Japon, la Banque du Canada, la BCE et la Banque nationale suisse.

8   Un collatéral est compris ici comme un titre négociable émis par un gouvernement ou le secteur privé et qui est remis en garantie d'un prêt.

9   « Une façon de voir l'endettement du système bancaire parallèle est de le considérer comme une tentative du secteur privé de répliquer la fonction de réserve de valeur liquide de la monnaie (…) » (Michell, 2017, p. 367).

10   À cet égard, si le shadow banking compris comme une innovation financière est né du besoin des firmes multinationales de placer leur épargne, il a également permis aux banques d'accroître l'encours des crédits et, de là, d'augmenter leurs profits, raison pour laquelle elles ont largement facilité son développement.

11   Le gel des transactions a été le principal problème rencontré par le tri-party repo market, contrairement au bilateral repo market qui, en revanche, a connu une augmentation brutale du haircut.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+