Financial Inclusion in Middle East and North Africa: Challenges and Opportunities

Youssef MEKOUAR * IFC (International Finance Corporation). Contacts : ymekouar@ifc.org ; jrobert@ifc.org.Le présent article n'est pas un document officiel de l'IFC. Son contenu n'engage que la responsabilité de ses auteurs, qui partagent ici leur retour d'expérience et leur point de vue sur l'état de l'inclusion financière dans la région méditerranéenne.
Juliette ROBERT * IFC (International Finance Corporation). Contacts : ymekouar@ifc.org ; jrobert@ifc.org.Le présent article n'est pas un document officiel de l'IFC. Son contenu n'engage que la responsabilité de ses auteurs, qui partagent ici leur retour d'expérience et leur point de vue sur l'état de l'inclusion financière dans la région méditerranéenne.


Download PDF Format


Footnotes

1   Source : Global Findex Database (2017).

2   Voir le site : https://www.worldbank.org/en/topic/financialinclusion/brief/achieving-universal-financial-access-by-2020.

3   La composition de la région MENA ne fait pas consensus, nous choisissons donc d'adopter la définition de la Banque mondiale qui considère faisant partie de la région MENA les États suivants : Algérie, Arabie Saoudite, Bahreïn, Djibouti, Égypte, Émirats Arabes Unis, Iran, Iraq, Israël, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Malte, Maroc, Oman, Qatar, Syrie, Tunisie, Yémen, Cisjordanie et Gaza.

4   Les chiffres présentés à partir de maintenant n'incluent pas les huit pays de la région à revenus élevés (Bahreïn, Israël, Koweït, Malte, Oman, Qatar, Arabie Saoudite, Émirats Arabes Unis) dont les niveaux d'inclusion financière sont supérieurs à 65 %. Les prochaines références faites à la région MENA dans cet article considéreront donc seulement les pays suivants (sauf mention contraire) : Djibouti, Algérie, Égypte, Iran, Irak, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Syrie, Tunisie, Yémen et Cisjordanie et Gaza.

5   Source : World Bank Data, 2017.

6   Nous porterons notre analyse sur les pays suivants : Syrie, Liban, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Égypte et Cisjordanie et Gaza. Nous n'incluons pas Israël car le pays a un niveau d'inclusion financière élevé (93 %) qui viendrait gonfler les résultats.

7   L'Indonésie, pays à majorité musulmane, compte depuis 2014 plus de femmes bancarisées que d'hommes : 51 % de femmes, contre 46 % d'hommes en 2017. Sur les 166 pays sondés en 2017, seulement 28 ont des taux d'inclusion plus élevés (ou égaux) pour les femmes que pour les hommes. Et parmi ces pays, aucun ne fait partie de la région méditerranéenne.

8   Source : données de la Banque mondiale – Modélisées par l'OIT (2018). Une personne est considérée « économiquement active » (selon ces statistiques) si elle a fourni du travail pour la production de biens et de services au cours de la période donnée.

9   GSMA est une association qui représente près de 800 opérateurs et constructeurs de téléphones mobiles à travers le monde. L'association publie également des études autour de la pénétration mobile dans le monde, à l'image du Mobile Gender Gap Report 2019 utilisé ici.

10   Le rapport ne fournit pas de données détaillées par pays et les chiffres présentés ici incluent également ceux des pays riches de la région MENA. Nous choisissons néanmoins de présenter ces statistiques, pour donner au lecteur un ordre d'idée des décalages dans la pénétration mobile dans la région.

11   Pour plus d'informations sur les IMF dans les pays méditerranéens, visitez les pages des associations de microfinance ci-après, qui reprennent les principales données du secteur (acteurs, encours, nombre de clients, etc.) : Maroc : https://fnam.co.ma/, Tunisie : http://www.acm.gov.tn/Fr/, Mix Market et Sanabel (le réseau de microfinance des pays arabes), auxquels certaines IMF reportent régulièrement leurs résultats.

12   Source : Nations unies (2019).

13   Voir le site : https://finances.worldbank.org/Other/MSME-Finance-Gap/ijmu-5v4p/data.

14   Le 2 avril 2018, le Conseil des ministres tunisien a adopté le Start-up Act, un nouveau cadre juridique de vingt mesures pour libérer le potentiel entrepreneurial du pays et encourager le démarrage des start-up (simplification des procédures administratives, mesures pour faciliter l'accès au financement, attirer les investisseurs, etc.).

15   Source : https://www.enterprisesurveys.org/content/dam/enterprisesurveys/documents/country/Tunisia-2013.pdf.

16   D'après les données de l'INS tunisien, le pays comptait 721 552 microentreprises (< 10 employés) en 2018, soit 98 % du nombre total d'entreprises du pays (735 043). Elles emploient 192 000 personnes, ce qui représente 17 % des emplois du secteur privé. L'ensemble des MPME (jusqu'à 199 employés) emploient 638 757 personnes et sont donc responsables de 57 % des emplois du secteur privé tunisien.

17   Source : Banque mondiale (2018).

18   Le plafond a été revu à la hausse en 2018, passant à 40 000 DNT.

19   Le CGAP définit les agents non bancaires comme « des personnes physiques ou des établissements commerciaux mandatés par un prestataire de services financiers pour agir en tant que principaux interlocuteurs des clients ».

20   Maroc : Nouvelle loi bancaire n° 103-12 / Tunisie : Circulaire n° 2018-16 régissant l'activité et le fonctionnement des établissements de paiement.

21   Comme précédemment, le rapport du GSMA (2019b, p. 8) ne fournit pas de détails par pays. Les chiffres présentés sont à titre indicatif et incluent les pays suivants : Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Égypte et Mauritanie.

22   Source : Global Findex Database (2017).

23   Source : Sustainable Development Strategy: Egypt Vision 2030.

24   Les auteurs précisent qu'ils ne font pas ici l'apologie de la digitalisation des services financiers. Il est à rappeler que les services financiers digitaux peuvent aggraver l'exclusion financière s'ils sont mal maîtrisés. Ce point n'est pas développé ici car ce n'est pas l'objet de l'article ; toutefois, nous encourageons le lecteur à se renseigner sur les scorings abusifs au Kenya, par exemple, qui ont abouti au « blacklistage » de 5 millions de clients par les centrales des risques.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+