Lebanon: Financial Illusion, Monetary Illusion

Charbel NAHAS * Ancien ministre des télécoms et du travail ; secrétaire général, mouvement « Citoyens et citoyennes dans un État ». Contact : cnbureau@dm.net.lb ; www.charbelnahas.org.


Download PDF Format


Footnotes

1   

Voir les sites :

2   Les traductions sont celles de la rédaction.

3   Nahas C. (2003), « Les chances d'éviter la crise et les conditions de son dépassement », en arabe (), Dar an Nahar, Beyrouth, 2003.

4   Et moins de 2 % des actifs.

5   La distinction spécieuse, et le plus souvent arbitraire, qu'affectionne la comptabilité nationale officielle, entre flux de capitaux et transferts sans contrepartie des émigrés, ne sert qu'à réduire artificiellement le déficit de la balance courante, puisque leurs effets sont absolument identiques, hormis les maigres transferts qui sont dépensés sans entrer dans la mécanique bancaire.

6   Ce pourcentage s'est maintenu jusqu'à ce jour.

7   Un impôt de 5 %, puis de 7 % a fini par être appliqué aux intérêts ; c'est un impôt proportionnel et fortement régressif, sous prétexte du secret bancaire !

8   Nahas (2003), op. cit.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+