Institutional Investors Votes on Corporate Externalities: the Case of Two Emblematic Investors

Loredana Ureche-Rangau *** Professeur des Universités, Université de Picardie Jules Verne, CRIISEA.Contact : loredana.ureche@u-picardie.fr. Sébastien Pouget remercie l'ANR pour son soutien financier au titre du programme Investissements d'Avenir portant la référence ANR-17-EURE-0010 ; il a bénéficié de l'aide financière et des ressources de la Chaire FDIR dans le cadre de la fondation TSE-Partenariat, un organisme de Toulouse School of Economics dédié à la recherche et soutenu par plusieurs donateurs dont la liste figure à l'adresse suivante : https://www.tse-fr.eu/fr/tsepartenariat.
Sébastien POUGET ** Professeur des Universités, Toulouse School of Economics, Université Toulouse 1 Capitole, TSM.
Marie BRIÈRE * Responsable, Centre de recherche aux investisseurs, Amundi ; professeur associé, Université Paris-Dauphine ; chercheur associé, Université Libre de Bruxelles.


Do institutional investors engage with companies on corporate externalities such as greenhouse gas emissions? We study voting at shareholders meetings by two emblematic global investors: BlackRock, a major asset manager, and the Norway Fund, a responsible sovereign wealth fund. Our data cover 2014 and include the two institutions' votes on 35,382 resolutions at 2,796 corporations across the world. Both of these so-called universal owners oppose management significantly more often on externality than on financial issues. The Norway Fund is more active on shareholders resolutions concerning externalities related to environmental and social issues rather than governance issues. The difference between the two investors' voting behaviour is larger when we focus on resolutions related to greenhouse gas emissions, a clearly identified externality.


Download PDF Format


Footnotes

1   « [...] le Comité d'éthique du Fonds norvégien (Government Pension Fund Global ou GPFG) est un organisme indépendant qui émet des recommandations à l'intention de la banque centrale de Norvège, Norges Bank, en vue d'exclure des entreprises du GPFG ou de les placer en observation. Le Comité évalue les activités d'une entreprise selon des principes directeurs définis par le ministère des Finances de Norvège. Ces principes directeurs contiennent à la fois des critères d'exclusion liés à certains types de marchandises, tels que la production de tabac ou de certains types d'armes, et des critères d'exclusion liés à leurs pratiques, telles que la corruption, les violations des droits de l'homme et les atteintes à l'environnement. Le Comité est composé de cinq membres et d'un secrétariat de huit personnes. » (Comité d'éthique, 2016, p. 7).

2   Nous nous focalisons sur les actions détenues et votées par BlackRock (fonds actifs et passifs tels que les ETF iShares).

3   Voir le site : https://www.nbim.no/en/responsibility/our-voting-records/.

4   Les données recueillies en ligne ont été vérifiées manuellement. Nous remercions Thierry Martial Kengne pour sa précieuse collaboration à nos recherches.

5   Voir le site : https://www.issgovernance.com/file/policy/2016-us-summary-voting-guidelines-dec-2015.pdf.

6   La catégorie « Autres » renvoie à des questions telles que « Ouvrir la séance », « Fermer la séance », « Amender l'article », etc.

7   Les tests de robustesse incluent des régressions sans effets fixes pays et probit bivarié. Les résultats restent inchangés et sont disponibles sur demande.

8   Les statistiques descriptives sont disponibles sur demande.

9   Notre échantillon se concentre uniquement sur les entreprises dans lesquelles des résolutions ont été proposées par les actionnaires pour imposer au management des politiques liées aux externalités. Les entreprises dans lesquelles le management a volontairement mis en œuvre des politiques pour atténuer les externalités négatives sont donc exclues de notre échantillon.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+