Emerging Market Debt and Development Economics: a Retrospect from 1970 to the Covid

Clément MARSILLI ** Économiste, chef du pôle de suivi des économies émergentes, Banque de France.Contact : Clement.MARSILLI@banque-france.fr. Les auteurs remercient Édouard Vidon, Vincent Fleurier, Sophie Rivaud et Luc Jacolin pour leurs commentaires et leurs suggestions. Cet article reflète les idées personnelles de leurs auteurs et n'exprime pas nécessairement la position de la Banque de France.
Camille Fabre * Économiste internationale en charge des pays à faible revenu, Banque de France.


Following the Covid crisis, debt was mobilized on a large scale and rapidly, in the developed countries, the situation is more complicated for the emerging countries, and a fortiori the developing countries, because of the low level of local revenue mobilization in these countries, as well as limited access to financial markets, or else at high rates. The crisis is undermining the traditional public debt management instruments in emerging countries, and the analysis proposes the use of other contractual instruments to finance this debt.

In view of the magnitude in emerging countries financing needs, more private flows are needed because the response of multilateral organizations and official bilateral donors alone will not be sufficient. It is also necessary to ensure that the debt sustainability of these countries is not jeopardized and that, in the event of restructuring, it is shared equitably among all creditors. It is this balance that must guide all stakeholders in order to build a more secure financial system. And one that will ultimately enable these countries to be more resilient to natural disasters.


Download PDF Format


Footnotes

1   Selon la classification du FMI, les PFR sont les pays dont le niveau de revenu par habitant est inférieur à un certain seuil (actuellement fixé à 2 700 dollars).

2   Voir le site : https://datatopics.worldbank.org/debt/ids/regionanalytical/LMY.

3   Ibid.

4   Outre les pays latino-américains, d'autres pays, comme le Nigeria, la Pologne et les Philippines, ayant connu des crises de la dette souveraine au début des années 1980, ont également émis des obligations Brady.

5   Le Chili est le premier pays d'Amérique latine à mettre en œuvre une législation visant à renforcer l'indépendance de la banque centrale en 1989.

6   La crise asiatique a eu des effets de débordement bien au-delà de la région et s'est diffusée aux pays présentant des vulnérabilités externes établies (Russie en 1998, Argentine et Turquie en 2001).

7   Le rapport du CAE de Cohen et Portes (2003) apporte un éclairage particulièrement intéressant sur les épisodes de crise des années 1980 et 1990 et les mécanismes de résolution à l'œuvre.

8   En anglais : Heavily Indebted Poor Countries (HIPC).

9   En anglais : Multilateral Debt Relief Initiative (MDRI).

10   Les IDE dans les PEED sont en baisse de –16 % au premier semestre 2020 par rapport à 2019 (CNUCED), tandis que les transferts de migrants devraient reculer de 7,2 % en 2020 dans les pays à revenu faible et intermédiaire (Banque mondiale).

11   83 pays en développement ont bénéficié des facilités d'urgence du FMI pour plus de 102 Md$ au 1er décembre 2020.

12   Les banques multilatérales de développement ont décidé collectivement de mettre à disposition 230 Md$ entre avril 2020 et le milieu de 2021 pour faire face à la pandémie, dont 75 Md$ destinés aux pays les plus pauvres d'ici à la fin de 2020.

13   Voir le site : http://ida.worldbank.org/about/borrowing-countries.

14   En 2020, six pays sont en défaut de paiement souverain : Liban, Équateur, Argentine, Belize, Suriname et Zambie.

15   Les CAC améliorées peuvent intégrer notamment des règles d'équité de traitement des créanciers et un mécanisme de vote unique agrégé (single-limb). Selon un récent rapport du FMI, depuis le 1er octobre 2014, 91 % des émissions internationales d'obligations souveraines ont inclus des CAC améliorées.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+