Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Banking, Money and Credits

Jean-Charles Rochet * Professeur de banque, GFRI (Geneva Finance Research Institute), Université de Genève ; membre, Toulouse School of Economics (TSE). Contact : jeancharles.rochet@gmail.com.
Marianne Verdier ** Chercheur, CRED (TEPP), Centre de recherches en économie et droit ; professeur d'économie, Université Paris II Panthéon Assas ; co-fondatrice, Chaire de recherche finance digitale. Contact : marianne.verdier@gmail.com.


The traditional business model of commercial banks exploits economies of scale between deposits and credit. New information technologies (Fintechs) and giant internet platforms (Bigtechs) are putting this model in serious jeopardy. Bigtechs even threaten the monetary sovereignty of states by potentially offering citizens of the world new currencies that are beyond the control of those states, such as Facebook's Global Stablecoin project Diem. This threat explains why many jurisdictions are seriously considering the creation of central bank digital currencies (CBDCs), so as discourage Fintech firms from creating new currencies. We analyze these upheavals and their foreseeable consequences and advocate for the development of a real public policy on payments.


Download PDF Format


Footnotes

1   Pour une analyse de la concurrence entre plateformes, voir Rochet et Tirole (2003).

2   Il n'est pas nécessaire d'avoir un compte bancaire pour ouvrir un compte M'Pesa. En revanche, il est nécessaire d'avoir un compte bancaire pour les résidents chinois payant avec WeChat et Alipay. Les plateformes WeChat et Alipay participent à l'inclusion bancaire en offrant des services financiers à des consommateurs particuliers ou entrepreneurs non servis par les banques.

3   Le sociologue David Graeber (2011) rappelle que la monnaie n'était pas nécessaire dans les communautés primitives où tout le monde se connaissait. La pression sociale suffisait à garantir la stabilité des échanges de « dons et contre-dons ». Le système de rating social mis en place par le gouvernement chinois avec l'aide d'Alibaba est la version moderne (et quelque peu effrayante) de cette comptabilité sociale. Voir aussi Kocherlakota (1996).

4   Il est toutefois possible de retrouver l'initiateur de la transaction en réalisant une enquête plus approfondie croisant différentes données (adresse de messagerie, adresse IP, etc.). De nouvelles techniques plus sophistiquées ont été développées pour préserver l'anonymat avec, par exemple, l'usage de mixeurs de jetons (coin mixing).

5   Voir le site : https://www.ecb.europa.eu/euro/cashprof/cashhand/recycling/html/proctest.fr.html.

6   Les risques ne sont pas les mêmes pour les systèmes de paiement de gros, dans lesquels s'échangent de gros volumes de transactions entre intermédiaires financiers, et les systèmes de paiement de détail.

7   Voir le site : https://www.occ.gov/news-issuances/news-releases/2021/nr-occ-2021-2.html.

8   Voir le site : https://www.bankofengland.co.uk/news/2017/july/boe-extends-direct-access-to-rtgs-accounts-to-non-bank-payment-service-providers.

9   Au Mexique, une loi Fintech a été adoptée en 2018 pour permettre aux différentes entités du système financier de partager leurs données et pour autoriser des tiers à initier des services de paiement. En Inde, le gouvernement a créé une institution pour partager les données financières des consommateurs (un agrégateur de comptes) et construit un système de paiement ouvert appelé Unified Payments Interface (UPI).

10   Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft pour les Bigtechs dans les pays développés occidentaux ; Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi pour les Bigtechs en Chine.

11   La présence de commerçants proposant des services de paiement n'est pas nouvelle. Par exemple, en France, plusieurs acteurs de la grande distribution proposent aussi des services bancaires et détiennent une banque.

12   Ces montants de flux de nouveaux prêts représentent des pourcentages variables du stock total des crédits selon les pays : 7 % au Kenya, 2 % en Chine, 1 % aux États-Unis et au Royaume-Uni. Pour une analyse des problèmes posés par les données disponibles au niveau macroéconomique sur les prêts Fintech et Bigtech, voir Cornelli et al. (2020).

13   Il existe une hétérogénéité importante entre pays sur l'usage des Bigtechs. Les pays dont les consommateurs utilisent le plus les services financiers offerts par les Bigtechs sont la Chine et l'Inde. À l'opposé, les consommateurs belges et japonais utilisent très peu les services financiers proposés par les Bigtechs.

14   Pour une revue de la littérature, voir Halaburda et al. (2020).

15   Les innovations associées à la technologie blockchain sont aussi développées dans le cadre de systèmes fermés par les intermédiaires financiers avec les systèmes de blockchains à permission.

16   Par exemple, en augmentant la taille des blocs échangés sur la blockchain.

17   Le mécanisme de consensus par la preuve de travail a une structure de tournoi. Le premier mineur trouvant la solution à un problème de cryptographie obtient la récompense associée à l'ajout d'un bloc sur la blockchain. Les autres mineurs concurrents (vaincus) dépensent de la puissance de calcul informatique sans obtenir de gain monétaire. L'enregistrement des transactions est donc coûteux en énergie.

18   En France, les prestataires des services sur actifs numériques (PSAN) peuvent solliciter un agrément optionnel de l'AMF. Un premier agrément a été délivré en mars 2020 pour Coinhouse et Coinhouse Custody Services. Pour plus d'informations sur le Digital Finance Package, voir Bonneau (2021) ou le site : https://ec.europa.eu/info/publications/200924-digital-finance-proposals_en.

19   Les résultats concernant la présence d'économies d'échelle et d'envergure dans l'industrie bancaire dépendent des pays et souffrent aussi de plusieurs problèmes méthodologiques exposés par Berger et Humphrey (1997).

20   Plusieurs projets visant à assurer la stabilité de la monnaie par un algorithme ont été abandonnés en raison des difficultés soulevées d'un point de vue réglementaire ou de l'effondrement des cours (par exemple, Basis, NuBits).

21   Les résultats de la recherche sur l'impact de l'émission de stablecoins sur les cours des cryptomonnaies sont ambigus. Certains articles suggèrent qu'ils n'ont pas d'effet significatif (Lyons et Viswanath-Natraj, 2019).

22   Il est à noter que la banque centrale peut déjà intervenir en tant qu'opérateur dans certains pays. C'est le cas notamment aux États-Unis avec l'intervention de la Federal Reserve (Fed) pour gérer les paiements par Automated Clearing House (ACH). La banque centrale est à la fois régulateur des systèmes de paiement et opérateur dans ce pays. Cette organisation est controversée.

23   La Commission européenne propose une politique des paiements reposant sur quatre piliers :

– la construction de solutions de paiement paneuropéennes numériques et instantanées ;

– l'encouragement de l'innovation en matière de paiements de détail ;

– l'interopérabilité des systèmes de paiement ;

– la mise en œuvre de solutions efficaces pour les paiements internationaux.


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+