Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Parmalat : un cas isolé ou bien "cosi fan tutte"

Carlo Scarpa


L'écroulement de Parmalat a été, en Italie, un vrai coup de tonnerre. Ce qui a le plus marqué les esprits est le fait que l'acteur principal de cette histoire est une des entreprises que beaucoup avaient montrée en exemple. Avec le recul, l'histoire Parmalat peut être analysée sous un angle très différent et plutôt amer. Il s'agissait d'un groupe d'entreprises, dont les ambitions dépassaient les moyens, qui a commis une série d'erreurs, dont certaines criantes, dans la pénétration des marchés mondiaux ; un groupe qui s'était efforcé de dissimuler ces erreurs au moyen d'une « comptabilité créative » qui n'a pas tardé à se transformer en une des fraudes les plus colossales dont on ait gardé le souvenir.
C'est une histoire amère à propos de laquelle on doit se poser une série de questions d'une importance fondamentale. La première question est de savoir si la situation de faillite de Parmalat pouvait être décelée avant qu'il ne soit trop tard. Ceci met en cause de multiples responsabilités : analystes, banques, organismes de contrôle, presse, société civile. La deuxième question est de savoir si la communauté financière internationale peut tirer des enseignements importants de cette histoire ; autrement dit, quels mécanismes faut-il instituer pour protéger l'épargnant et rétablir la confiance dans les marchés financiers. Et la troisième question est de savoir si l'Italie a appris quelque chose de cet événement, et si des changements sont en cours dans le système financier du pays.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+