La crise alimentaire de 2008 constitue-t-elle un signal de rareté pour l'avenir ?

Michel Griffon


L'auteur s'interroge sur les causes de la crise alimentaire de 2008. Il relativise le rôle de la spéculation, qui n'a fait que saisir l'opportunité de hausse créée par la rareté momentanée des céréales sur le marché mondial et les anticipations liées à l'impact des biocarburants (démontrable dans le seul cas mexicain). Des causes plus structurelles expliquent la baisse des stocks mondiaux, telles l'accroissement de la consommation de viande et l'insuffisance d'investissement dans l'agriculture, qu'il faudra remettre en cause pour faire face à l'échéance 2050 du plafonnement de la population mondiale. Une voie très étroite qui nécessitera aussi un changement des technologies.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+