Directive MIF et conseil en investissements : de la loi aux faits

André de Palma Professeur d’économie, Département d’économie et de gestion, École normale supérieure de Cachan.
Maître de conférences, Théma (Théorie économique, modélisation et applications), université de Cergy-Pontoise.

Nathalie Picard
Jeffry Frieden Harvard University’s Department of Government. Contact : jfrieden@harvard.edu.


Revenant sur la problématique du conseil en investissement, André de Palma et Nathalie Picard apportent un éclairage académique sur l’application des dispositions de la directive du 21 avril 2004 relative aux marchés d’instruments financiers (directive MIF),

Revenant sur la problématique du conseil en investissement, André de Palma et Nathalie Picard apportent un éclairage académique sur l'application des dispositions de la directive du 21 avril 2004 relative aux marchés d'instruments financiers (directive MIF), qui imposent notamment à l'intermédiaire de connaître le profil de son client et ses préférences en matière de risque, une notion ambiguë, dont la mesure soulève un certain nombre de difficultés. Les auteurs analysent les apports dans ce domaine des théories de la décision et de la finance comportementale, qui permettent d'appréhender les multiples dimensions du problème. Face aux risques d'erreurs d'interprétation, ces disciplines proposent des techniques pour analyser les données collectées. Pour les institutions financières, l'application de la MIF peut être vécue noncomme une contrainte, mais comme une opportunité de renforcer la relation client.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+