Éphémérides d'une crise annoncée : moratoire ou remise des dettes publiques sans collatéraux ?

Gérard Thoris Professeur, Sciences Po.


Gérard Thoris rappelle les principales étapes de la crise de la dette souveraine. Après avoir présenté le modèle qui permet de mesurer la soutenabilité d’une dette publique, fonction pour chaque pays de ses taux d’intérêt, de croissance

Gérard Thoris rappelle les principales étapes de la crise de la dette souveraine. Après avoir présenté le modèle qui permet de mesurer la soutenabilité d'une dette publique, fonction pour chaque pays de ses taux d'intérêt, de croissance et d'inflation, il applique cette grille d'analyse à la crise actuelle. Les faibles perspectives de croissance dans les pays développés et la difficulté de recourir à l'instrument traditionnel de l'inflation pour alléger le poids de l'excès d'endettement exigent des solutions nouvelles. Il préconise ainsi, notamment pour la zone euro, une remise partielle des dettes publiques, « plus simple que l'on veut bien l'admettre », en trois étapes : rachat des obligations d'État par les banques centrales, renonciation par ces dernières aux intérêts sur les obligations prises en pension, et renouvellement ou remise effective de cette dette, qui resterait dans le bilan de la banque centrale. Ce serait, selon l'auteur, la seule manière d'apurer durablement les bilans des États, des banques et des agents économiques, dont la fragilité est au coeur de la crise.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+