Les taxes sur les transactions financières : une utopie réaliste

Dominique Plihon * Centre d'économie de Paris Nord, CNRS. Contact : dplihon@orange.fr.


Dominique Plihon rappelle la genèse de l’idée de taxe sur les transactions financières (TTF), une « utopie réaliste » sur laquelle les esprits ont considérablement évolué. Deux raisons plaident en faveur de la TTF : réguler la globalisation

Dominique Plihon rappelle la genèse de l'idée de taxe sur les transactions financières (TTF), une « utopie réaliste » sur laquelle les esprits ont considérablement évolué. Deux raisons plaident en faveur de la TTF : réguler la globalisation financière, en particulier en luttant contre la spéculation, et financer les nouveaux besoins liés à la mondialisation, en particulier les biens publics mondiaux. Il présente et compare les principales propositions en débat, en provenance du groupe pilote sur les financements innovants, du FMI, de l'Union européenne et du groupe des Verts au Parlement européen, très proche de celles proposées par Attac. La crise financière a accéléré la prise de conscience du besoin de ces instruments qui apparaissent aujourd'hui techniquement réalisables et pourraient être mis en place dans un premier temps à l'échelle européenne. Cela nécessitera cependant une forte impulsion politique et un accord qui n'existe pas aujourd'hui sur la finalité de ces taxes.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+