Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

La loi bancaire : un arbre qui cache la forêt ?

Olivier Pastré ** Professeur émérite, Université Paris 8. Contact : opastre@noos.fr.


Olivier Pastré remet la nouvelle loi bancaire, la première depuis celle de 1984 instituant le modèle de banque universelle, dans le contexte de l’énorme chantier de réforme engagé après la crise, qu’il concerne la sphère financière

Olivier Pastré remet la nouvelle loi bancaire, la première depuis celle de 1984 instituant le modèle de banque universelle, dans le contexte de l'énorme chantier de réforme engagé après la crise, qu'il concerne la sphère financière proprement dite ou la gouvernance mondiale. La loi bancaire n'est donc qu'« une goutte d'eau » dans un verre néanmoins à moitié plein : s'il émet des réserves sur certains aspects du texte, comme le plafonnement des frais bancaires, l'auteur salue les qualités de la loi, élaborée très vite pour répondre à une situation d'urgence, enterrant les grands débats sur le et surtout mettant plus l'accent sur le renforcement des pouvoirs des régulateurs nationaux que sur la réglementation, ce qui répond au besoin du moment. Cette nouvelle loi globalement positive n'empêchera pas, à elle seule, une nouvelle crise ; elle laisse notamment de côté un phénomène majeur, le shadow banking, une nouvelle finance qui pourrait être la cause de la prochaine crise.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+