La gouvernance d'un monde ouvert : coopération monétaire ou tentation du chacun pour soi ?

Jacques Mistral Senior Fellow, Brookings Institution ; conseiller spécial, Institut français des relations internationales (IFRI). Contact : mistral@ifri.org.


Jacques Mistral souligne les formes d’une mondialisation caractérisée par la montée des pays émergents et l’hétérogénéité du système mondial. Il insiste sur la nécessité de rénover une gouvernance internationale

Jacques Mistral souligne les formes d'une mondialisation caractérisée par la montée des pays émergents et l'hétérogénéité du système mondial. Il insiste sur la nécessité de rénover une gouvernance internationale dont l'architecture a pour l'essentiel été élaborée après la Seconde Guerre mondiale. Si quelques percées, dont le G20, ont été réalisées, la tentation du repli et du « chacun pour soi » est perceptible, faisant peser le risque d'un retour du protectionnisme dans un scénario semblable à celui qui a débouché sur les deux guerres mondiales. Dans ce contexte, la question du système monétaire (absence de règles et de vraies alternatives à la monnaie dominante) joue un rôle central. La récente réforme du FMI est encore insuffisante et trop tardive et il faudrait davantage d'audace pour institutionnaliser la coopération économique et monétaire internationale.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+