Crise financière et politique monétaire

Benoît Besson
Benoît Nguyen
Stanislas Ordody


La crise à laquelle les marchés financiers et les économies mondiales ont été confrontés depuis 2007 a pris des formes multiples. Elle s’est propagée de segments de marchés financiers spécialisés, comme celui des crédits

La crise à laquelle les marchés financiers et les économies mondiales ont été confrontés depuis 2007 a pris des formes multiples. Elle s'est propagée de segments de marchés financiers spécialisés, comme celui des crédits hypothécaires américains, au coeur même du fonctionnement du système financier en provoquant des dysfonctionnements majeurs sur les marchés de refinancement ainsi que, plus récemment, sur certains marchés de dettes souveraines. À chaque stade, les banques centrales sont intervenues de manière pragmatique et rapide. Elles ont, dans un premier temps, fourni des liquidités en urgence et mené des politiques agressives de baisse de taux pour contenir les conséquences de la crise sur les marchés financiers et l'économie réelle. La gravité de la crise les a également amenées à adapter leur cadre opérationnel et mettre en place des politiques non conventionnelles, qui, selon les banques centrales et la structure de financement de l'économie domestique, ont visé à abaisser les coûts de financement de l'économie réelle et/ou à assurer le fonctionnement des mécanismes de transmission de leur politique monétaire. Le maintien de l'ancrage des anticipations d'inflation et le respect des mandats des banques centrales ont, dès la mise en place de mesures non conventionnelles, conduit à définir des stratégies de sorties, pour obtenir une normalisation de l'action des banques centrales à moyen terme. La mise en oeuvre de ces stratégies sera l'un des enjeux de l'après-crise.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+