Les banques centrales

Avec la crise financière mondiale, les banques centrales ont été confrontées à un défi extraordinaire qui nécessitait des mesures sans précédent. Ce sont en effet des politiques monétaires non conventionnelles qui leur ont permis d’éviter un effondrement complet du système financier mondial. Mais en agissant ainsi, les banques centrales se sont aventurées en terrain inconnu. Un nouveau modèle de banque centrale va-t-il s’imposer ? Les banques centrales reviendront-elles à leurs pratiques antérieures ou leur modèle est-il définitivement transformé ?

C’est un des thèmes abordés dans ce numéro qui propose un bilan des réactions des banques centrales face à la crise, que ce soit au niveau des nouveaux outils mis en place mais aussi, plus largement, de l’évolution de leur rôle dans l’économie, en particulier leur indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques. Mais les auteurs ont aussi cherché à définir la future feuille de route des banquiers centraux. Comment vont-ils mettre un terme aux mesures exceptionnelles ? Jusqu’où doit-on étendre leurs mandats ?

En plus de ce thème principal, ce numéro propose deux articles sur différents sujets de l’actualité économique et financière, le premier sur la construction de la spécialisation financière de la Suisse et de son avantage compétitif, et le second qui revient sur le rôle joué par l’écu privé, monnaie ayant précédé l’euro, qui aurait pu devenir une monnaie communautaire.

REF 113 Les banques centrales

Crises et défis

publication : mars 2014 308 pages

Les banques centrales

Introduction accès libre

drapeau français uk flag

La crise, qui a commencé par le dégonflement de la bulle immobilière aux États-Unis et l’effondrement du marché des subprimes, avec de multiples suites, a représenté un défi extraordinaire pour les banques centrales. Celles-ci se sont trouvées en première ligne, tout d’abord pour éviter la panique, puis pour essayer d’en contrecarrer les effets négatifs sur le système bancaire et l’activité […]

Christian Bordes Robert Raymond

Format PDF Lire l'article

L’action des banques centrales et la crise

L’évolution du rôle des banques centrales dans la crise accès libre

drapeau français uk flag

La crise a conduit les banques centrales du monde entier à jouer un rôle spécifique – et en partie nouveau – au sein des économies développées. Cette évolution pose une série de défis à la structure institutionnelle régissant les politiques, notamment les politiques monétaires. Le premier défi concerne la nécessité d’adapter le mandat principalement pour assurer la stabilité financière. Un deuxième défi repose sur l’influence de la politique monétaire sur les autres politiques, en particulier la politique budgétaire, et sur le cadre institutionnel général. L’article se concentre sur l’Union monétaire européenne qui a été conçue principalement pour des périodes fastes. Cependant depuis que des crises surviennent, il faut que la politique monétaire les empêche de se transformer en catastrophes. Mais la politique monétaire ne peut pas être la seule option possible et elle ne peut pas remplacer les autres acteurs politiques. Seule une banque centrale indépendante peut réussir cet exercice d’équilibriste. Pourtant l’indépendance des banques centrales est menacée dans le monde entier.

Classification JEL : E58 E63 F36 G01


Lorenzo Bini Smaghi

Format PDF Lire l'article

La politique monétaire face à la crise : enjeux de court terme et ancrage à long terme accès libre

drapeau français uk flag

La crise a mis en lumière une tension fondamentale au cœur de la politique monétaire. D’un côté, les banques centrales sont des acteurs majeurs dans la lutte contre la crise. D’un autre côté, leurs efforts doivent être conçus et communiqués dans le strict respect de leur mandat qui consiste à assurer la stabilité des prix à long terme. Pour atteindre cet équilibre, une distinction claire doit être établie entre l’objectif de la politique monétaire et sa conduite. Le cadre stratégique de la BCE et l’objectif d’une hausse des prix « inférieure à, mais proche de 2 % à moyen terme » permettent d’obtenir cet équilibre. Tout d’abord, l’inflation peut varier au sein de l’intervalle pour peu que la convergence vers l’objectif de moyen terme de 2 % soit assurée, de nombreuses trajectoires étant possibles. En outre, la notion de « moyen terme » ne renvoie pas à un horizon préétabli et dépend de la nature des chocs sous-jacents. Ceci a permis à la BCE de réagir de manière flexible à la crise tout en s’inscrivant dans le cadre stable de sa stratégie monétaire.

Classification JEL : E58 E63 F36 G01


Benoît Cœuré

Format PDF Lire l'article

Les conséquences fiscales du programme d’achat d’obligations de la BCE accès libre

drapeau français uk flag

L’idée selon laquelle le programme d’achat d’obligations d’État (OMT) annoncé par la BCE pourrait imposer de nouvelles charges fiscales aux États, notamment à l’Allemagne, repose sur une application erronée des principes de solvabilité qui s’appliquent effectivement aux agents privés, mais pas aux banques centrales. Nous démontrons que grâce à la mise en œuvre des OMT, les contribuables des États créanciers, en particulier les contribuables allemands, bénéficieront de recettes fiscales. Nous évaluons ensuite dans quelle mesure le programme d’achat d’obligations est compatible avec la stabilité des prix. Il s’avère que cette estimation dépend principalement de la situation de la zone euro vis-à-vis de la trappe à liquidité. La zone euro étant toujours engluée dans une trappe à liquidité, la quantité d’obligations d’État que la BCE peut acheter sans engendrer d’inflation n’est pas limitée.

Classification JEL : E58 E63 F36 G01


Paul de Grauwe Yuemei Ji

Format PDF Lire l'article

La crise de la zone euro et les deux BCE accès libre

drapeau français uk flag

La BCE a agi rapidement et de manière efficace lorsque la crise financière s’est mise en place à l’été 2007, mais elle a ensuite éprouvé des difficultés à faire face à la crise des dettes souveraines. Jusqu’à l’été 2012, elle a refusé de jouer le rôle de prêteur en dernier ressort et a aggravé la crise. Puis la nouvelle BCE a engagé une action courageuse et le programme OMT a changé la situation, même s’il n’a pas encore été testé par les marchés.

La différence de réactivité des deux BCE face à la crise des dettes souveraines peut avoir deux causes. Soit la BCE ancienne n’a pas pris la mesure de la gravité de la crise ou elle a craint une contagion malheureusement inéluctable. Soit elle a été paralysée par les contraintes politiques, en particulier du fait du poids de l’Allemagne. Mais l’adoption rapide par le gouvernement allemand du programme OMT montre que la BCE peut se dégager de ces contraintes lorsque la situation l’exige.

Classification JEL : E58 E63 F36 G01


Charles Wyplosz

Format PDF Lire l'article

Sortir des politiques monétaires non conventionnelles : quels défis ? accès libre

drapeau français uk flag

Les politiques monétaires engagées pour répondre à la crise financière ont démontré que modifier les bilans des banques centrales a des conséquences importantes. La nouvelle macroéconomie classique, qui a gagné en influence depuis la fin des années 1980 et qui a conduit à se concentrer exclusivement sur le taux directeur, avait simplement ignoré de tels effets (équivalence ricardienne). Ramener les bilans des banques centrales à des niveaux normaux est important pour parvenir à préserver les marges de manœuvres politiques et constituera un formidable défi. Cette tâche nécessitera la coopération de la banque centrale avec le Trésor sans sacrifier son indépendance en matière de politique monétaire. Alors que les banques centrales doivent surveiller la résilience des marchés avec pragmatisme, elles ne doivent pas tomber dans le piège de la domination financière.

Classification JEL : E42 E52 E58


Philip Turner

Format PDF Lire l'article

Les répercussions sur les pays tiers

Politique monétaire non conventionnelle : l’expérience israélienne accès libre

drapeau français uk flag

La politique monétaire israélienne pendant la crise financière mondiale a eu recours à des mesures non conventionnelles tout en réduisant drastiquement le taux d’intérêt. Les mesures comprenaient les achats de devises et les achats d’obligations d’État sur le marché secondaire. Quand la situation économique a commencé à se rétablir, la Banque d’Israël a réduit progressivement l’ampleur de l’expansion monétaire, en supprimant d’abord les mesures non conventionnelles. L’achat de devises a pourtant continué par différents dispositifs actualisés pour refléter l’importance des exportations dans l’économie et l’éternel défi posé par une monnaie appréciée. Plusieurs leçons sont à tirer des mesures non conventionnelles : elles pourraient être considérées comme une composante à part entière de la politique monétaire quand le taux d’intérêt nominal est proche de zéro, elles augmentent l’intensité de la réponse de la politique monétaire, ce qui est primordial en temps de crise avec des risques graves en cas de réaction trop timide, et leur diversité rend possible la poursuite de plusieurs objectifs en dehors de l’expansion économique elle-même.

Classification JEL : E58 E61 G01 G15


Jacob Braude Nathan Sussman

Format PDF Lire l'article

La politique monétaire des pays émergents : les cinq dernières et les cinq prochaines années accès libre

drapeau français uk flag

Avant le déclenchement de la crise, les pays émergents jouissaient d’une croissance rapide et leurs banques centrales avaient fortement progressé dans la mise en œuvre de politiques monétaires modernes se rapprochant de celles en vigueur dans les pays développés. Cette période de croissance généralisée est maintenant révolue et a fait place à un jeu à somme nulle. Il en résulte que les dernières générations d’investissements réalisés dans les économies émergentes ne procureront que de très faibles rentabilités. Nous considérons donc que le modèle de croissance des pays émergents est en panne et qu’il est urgent de mettre un terme à cette mauvaise allocation des ressources. Comme cela est apparu depuis 2013, la politique monétaire n’est pas capable d’engendrer les réallocations de capital nécessaires vers de nouveaux secteurs et de nouvelles zones géographiques. L’adoption de politiques industrielles modernes est un outil bien plus efficace qui doit devenir le socle des politiques économiques des pays émergents.

Classification JEL : E58 G01 O23 O25


Manoj Pradhan

Format PDF Lire l'article

Nouveau central banking et cycle international du crédit accès libre

drapeau français uk flag

Depuis la crise financière internationale, il est question d’un nouveau central banking et donc d’une redéfinition des politiques menées par les banques centrales sous l’angle des objectifs de la politique monétaire et des instruments permettant d’assurer la stabilité financière. L’analyse menée dans cet article se consacre à la question des rapports entre le nouveau central banking et la globalisation du crédit, notamment à la lumière de l’expérience récente des pays émergents. On y trouve un plaidoyer en faveur d’une extension des politiques macroprudentielles aux sources étrangères de boom du crédit.

Classification JEL : E58 F32 F42 O23


André Cartapanis

Format PDF Lire l'article

La gouvernance et l’indépendance mises à l’épreuve

L’autonomie de la Banque de France de la Grande Guerre à la loi du 4 août 1993 accès libre

drapeau français uk flag

Cet article propose une mise en perspective de l’histoire de l’autonomie de la Banque de France au xxe siècle afin de faire ressortir la tradition d’un fort interventionnisme gouvernemental dans les affaires de la Banque de France, les tergiversations et les résistances qui ont empêché de faire évoluer la loi de janvier 1973, et ainsi de mieux mesurer la rupture que constitue la loi d’août 1993 sur l’indépendance de la Banque de France.

Classification JEL : G20 N14


Bertrand Blancheton

Lire l'article

Les banques centrales peuvent-elles mener des politiques non conventionnelles tout en conservant leur indépendance ? accès libre

drapeau français uk flag

Au cours des années 1970 et 1980, les banques centrales ont vu leur objectif principal devenir la stabilité des prix et elles ont acquis de l’indépendance pour assumer ce mandat. Ces deux évolutions sont nées de l’expérience pratique combinée à de nouvelles théories macroéconomiques. La création de la BCE en offre un exemple frappant. Des mesures ont été prises pour supprimer explicitement les objectifs et/ou les outils susceptibles de détourner la BCE de son mandat principal. Après 2008, les banques centrales des États-Unis, du Royaume-Uni et du Japon ont entamé des politiques non conventionnelles – achats massifs de titres et annonces concernant les futures mesures de politique monétaire – dans le but de contourner leur incapacité à diminuer les taux directeurs à court terme. Elles se sont ainsi rapprochées des gouvernements sans remise en cause officielle de leur indépendance. La BCE n’a pas suivi cette voie, la diversité des membres de la zone euro a rendu plus difficile voire carrément impossible l’usage de politiques non conventionnelles.

Classification JEL : E58 F36


Niels Thygesen

Format PDF Lire l'article

Les banques centrales et la stabilité financière : nouveau rôle, nouveau mandat, nouveaux défis ? accès libre

drapeau français uk flag

La doctrine des banques centrales ainsi que leur cadre stratégique ont été soumis à rude épreuve lors de la crise financière : leur objectif de stabilité des prix était défini de façon trop étroite et les considérations de stabilité financière laissées au second plan. Lorsque les taux d’intérêt directeurs nominaux ont heurté leur « contrainte zéro », les banques centrales ont dû mettre en œuvre des mesures non conventionnelles les conduisant à sortir très largement des limites fixées par leur mandat de stabilité des prix. Paradoxalement, au sortir de la crise, le cadre stratégique des banques centrales ne semble pas fondamentalement remis en cause. Leur mandat a même été étendu pour intégrer de nouvelles missions en matière de politique macroprudentielle et, dans certains cas, la supervision microprudentielle. Le principal défi soulevé par la centralisation de toutes ces fonctions au sein des banques centrales est leur capacité à les mener en toute indépendance. Or l’indépendance est la condition première du succès de leurs missions traditionnelles de maintien de la stabilité des prix et de prêteur en dernier ressort.

Classification JEL : E41 E52 E58 E63


Laurent Clerc Robert Raymond

Format PDF Lire l'article

Les banques centrales et les défis à venir

Les défis pour les banques centrales après la crise accès libre

drapeau français uk flag

La crise récente va certainement modifier durablement le comportement des banques centrales. Avant la crise, elles contrôlaient les taux d’intérêt à très court terme et veillaient à rester crédibles en cas de chocs inflationnistes en réagissant très rapidement. Depuis la crise, elles ont mené des politiques non conventionnelles, ce qui leur impose maintenant d’apporter des solutions à des problèmes qui n’existaient pas avant la crise. Nous considérons que les banques centrales sont aujourd’hui confrontées à cinq défis nouveaux : la sortie des politiques monétaires ultra-expansionnistes, le piège de l’irréversibilité des politiques monétaires, l’adoption d’une doctrine antidéflation, l’identification des actifs dont elles doivent surveiller les prix et le risque de conflits d’intérêts entre politique monétaire et supervision des banques.

Classification JEL : E52 E58 G18


Patrick Artus

Format PDF Lire l'article

Banques centrales : les défis de la sortie de crise accès libre

drapeau français uk flag

Une politique monétaire inédite et innovante a été mise en œuvre avec les crises de 2008-2010, et le retrait de ces mesures exceptionnelles représente un défi, car la santé des économies développées reste fragile. Au-delà de ces enjeux de transition, le défi majeur réside dans les nouveaux contours du champ d’action des banques.

Cet article souligne d’abord la difficulté de concilier trois objectifs : accompagner la reprise économique quand celle-ci est faible, temporiser la normalisation de la liquidité interbancaire et ne pas inhiber l’assainissement des bilans bancaires. L’articulation des enjeux de court et moyen termes milite en faveur des opérations d’open market de long terme, alors que les politiques de taux d’intérêt négatifs ou de forward guidance montrent leurs limites.

La BCE devra également relever d’autres défis de long terme : la désintégration financière, l’économie politique de son programme OMT, la dynamique institutionnelle de l’union bancaire, mais aussi la conjonction de ses nouvelles casquettes (stabilité financière et supervision) avec la politique monétaire, ce qui appelle une redéfinition de son mandat.

Classification JEL : E42 E52 E58 G18 G21


Natacha Valla

Format PDF Lire l'article

L’aggiornamento des politiques monétaires accès libre

drapeau français uk flag

Le ciblage de l’inflation comme objectif exclusif de la politique monétaire repose sur l’hypothèse d’une efficience forte de la finance que la crise systémique a invalidée. La politique monétaire doit être reconfigurée dans un univers incertain où la monnaie est endogène et où la stabilité financière est une responsabilité éminente des banques centrales. On peut alors élaborer les fondements théoriques de la politique macroprudentielle et montrer que la politique monétaire a plusieurs objectifs. Elle doit donc se doter de plusieurs instruments et les affecter aux objectifs sur lesquels ils sont relativement les plus performants. En outre, les politiques monétaire et budgétaire interagissent, ce qui conduit à reconcevoir l’indépendance des banques centrales.

Classification JEL : E44 E52 E58


Michel Aglietta

Format PDF Lire l'article

Articles divers

La construction progressive de l’avantage compétitif financier suisse (1914-1936) accès libre

drapeau français uk flag

L’objectif de cet article est d’expliquer comment la Suisse est parvenue à construire un avantage compétitif majeur dans le secteur financier. À partir d’une perspective historique, nous montrons que la période 1914-1936 a été décisive dans cette construction, la Suisse passant d’un statut de place financière internationale de second rang à celui de lieu incontournable, avec l’émergence associée d’acteurs très puissants comme les banques. Si nous mettons en évidence une influence majeure exercée par l’industrie bancaire et financière, un tel avantage compétitif ne s’est durablement solidifié qu’à partir d’une coalition nationale autour de la préservation de la valeur du franc suisse, dans laquelle l’industrie des biens a aussi joué un rôle important. La stabilité de la monnaie nationale au cours de cette période a ainsi été décisive pour la spécialisation financière de la Suisse.

Classification JEL : E58 E65 G21 N14 N24


Alain Laurent Guillaume Vallet

Format PDF Lire l'article

Le système de l’écu privé : comment a-t-il fonctionné ? comment aurait-il pu évoluer ? accès libre

drapeau français uk flag

Alors que la crise de la zone euro a été l’occasion d’envisager une sortie de la Grèce, voire d’autres pays, de la zone euro, on ne peut s’empêcher de réexaminer les différentes étapes qui nous ont conduits à la monnaie unique. Avant le choix décisif fait à la fin des années 1980, une monnaie avait commencé à être utilisée modestement par les pays participant au système monétaire européen… et par quelques autres. Cet écu privé, comme on l’a appelé, aurait pu devenir une monnaie communautaire qui n’aurait pas remplacé les monnaies nationales, mais qui aurait pu être disponible pour les transactions entre deux pays, comme Keynes l’avait imaginé, au niveau international, au lendemain de la Seconde Guerre.Cet article rappelle ce que cet écu privé a été et comment ce système a fonctionné, et analyse le rôle qu’il a joué dans l’évolution vers la monnaie unique et quel rôle aurait pu être le sien.

Classification JEL : E42 F31 F33


Michel Lelart

Format PDF Lire l'article
Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+