Déréglementation et risque du système bancaire

Jean-Charles Rochet ** Professeur d'économie bancaire, Universités de Genève et de Zürich ; membre de la Chaire SCOR, Toulouse School of Economics. Contact : jeancharles.rochet@gmail.com.Ivar Ekeland a bénéficié du soutien financier de la Chaire de développement durable, Laboratoire finance des marchés de l'énergie, dans le cadre de l'Institut européen de finance.


La déréglementation n'est pas la seule coupable dans la grave crise du secteur financier américain. L'article se propose donc d'étudier cette déréglementation sous trois aspects : il analyse d'abord les phénomènes transitoires liés à une déréglementation, notamment à la diminution des barrières à l'entrée qui est censée faire disparaître les rentes de situation et les inefficacités des entreprises en place. De ce point de vue, le secteur bancaire est particulier puisqu'un accroissement de la concurrence peut accroître l'instabilité financière. Il analyse ensuite les critiques de la réglementation et évalue les aspects positifs de l'abandon de certaines formes de contraintes réglementaires et enfin, il précise les enjeux du nécessaire arbitrage entre risque et efficacité du secteur bancaire en évoquant la place de l'intervention publique.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+