Innovation financière et croissance économique

Jean-Paul Abraham


L'innovation financière est un concept apparu récemment mais qui s'insère assez bien dans le cadre conceptuel offert depuis longtemps par Schumpeter. Toutefois, elle a des effets indirects sur la croissance économique.
L'innovation financière se caractérise comme une forme de progrès technique endogène et incorporé. Elle peut présenter un caractère aussi disruptif que continu, est induite par la demande au moins autant que par l'offre, économise la main-d'œuvre et accroît l'intensité capitalistique dans le secteur des services financiers, a un temps de diffusion relativement court et se révèle sensible aux mouvements de réglementation et de déréglementation entrepris par les pouvoirs publics. Belgique, qui créait de nouveaux produits financiers par la voie d'innovations fiscales, supporte les conclusions suivantes : l'innovation financière sous-tend la croissance des services financiers dont elle modifie la fonction de production ; la concurrence est propice à l'innovation financière, mais la réglementation peut également inciter à des innovations visant à la contourner ; l'innovation financière a essentiellement des effets vers l'amont sur la croissance du secteur de l'informatique et des télécommunications ; vers l'aval, ses efforts sont plus indirects. Lorsque la réduction des coûts suscitée par l'innovation financière n'est pas retenue au sein du secteur des services financiers, mais répercutée sur les clients, elle influe sur l'activité économique et la croissance à une double condition : il faut que les autres facteurs de croissance jouent dans les entreprises simultanément et que l'environnement général économique, social et institutionnel soit favorable. L'innovation financière ne peut être un moteur exclusif de la croissance économique.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+