L'impérieuse nécessité des fonds propres des entreprises

Luc Matray Directeur des Partenariats de la BDPME


Dans une économie où l'accès aux financements et le prix de ceux-ci ne sont plus déterminés par une action directe des pouvoirs publics, la politique industrielle, en matière financière, est avant tout une politique de fonds propres. De ce point de vue, en dépit des problèmes de mesure de la situation financière des entreprises, l'article montre que la situation des entreprises françaises s'est améliorée, leur permettant de réduire l'écart par rapport à leurs concurrentes étrangères. Poursuivre cette tendance aurait de nombreux effets positifs (solvabilité et rentabilité des entreprises, investissement, emploi, désinflation) et renforcerait la relation banque/entreprise mais tout cela nécessite la mobilisation de nouveaux apporteurs de capitaux.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+