Crises et cycles financiers : une approche comparative

Michel Aglietta Professeur émérite d'économie, Université Paris Nanterre ; conseiller scientifique, CEPII et France Stratégie. Contact : michel.aglietta@cepii.fr.


Les années 1990 ont été marquées par une récession et l'instabilité financière et l'article se demande si cette période n'annonce pas une instabilité générale. La première partie analyse la dérive du prix des actifs et le développement généralisé du crédit : le jugement que l'on porte sur l'existence ou non d'une instabilité endémique et de cycles financiers dépend de l'interprétation de ces deux phénomènes. Les seconde et troisième parties répondent à plusieurs questions : en quoi le profil de la conjoncture est particulier ? Cela reflète-t-il un renversement des comportements des agents non financiers vis-à-vis de l'endettement ? Cela témoigne-t-il de la présence d'un « credit crunch » dans la plupart des pays de l'OCDE ? Dans quelle mesure la sévérité de la récession tient-elle à l'interaction de la phase descendante d'un cycle normal et du risque de système ? Doit-on s'attendre à une trace durable des transformations en cours dans la finance qui pourrait entraver la croissance future ? Faut-il faire un aggiornamento de la doctrine de la politique monétaire, forgée dans les 70 pour un monde à inclination inflationniste, pour s'adapter au monde des années 90 à inclination déflationniste ?

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+