Effet taux et effet encours dans l'évolution de la rentabilité bancaire des cinq grands pays industrialisés

Mohamed Sassenou Directeur d'études Caisse des Dépôts et consignations
Université Paris X

Jean Garrigues Économiste, Département des marchés, service de la Recherche, Caisse des dépôts et consignations
François Baudequin


L'objet de cet article est d'analyser l'évolution du produit net bancaire des banques commerciales dans les cinq grands pays industrialisés à l'aide d'une démarche économétrique simple. Deux composantes dans l'évolution de la rentabilité bancaire sont étudiées. La première est liée à l'évolution des taux de marché, via les taux de rendement de l'actif et les coûts moyens du passif (désigné comme l'effet taux), et la seconde est fondée sur l'évolution des volumes ou encours (effet encours), censée capter tout ce qui est dû à d'autres déterminants de l'évolution du PNB que les taux de marché, tels que les facteurs réglementaires ou prudentiels. Ces deux déterminants doivent renseigner sur les stratégies des banques commerciales des cinq grands pays et donc sur leur pouvoir concurrentiel.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+