Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Du défaut de paiement au dépôt de bilan - Les banquiers face aux PME en difficulté

Laurence Bloch INSEE - division marchés et stratégies d'entreprise
INRA et INSEE - division marchés et stratégies d'entreprise
INSEE - division marchés et stratégies d'entreprise
Economiste

Guy Longueville
Jérôme Bourdieu
Béatrice Colin-Sédillot
John Kenneth Galbraith
Tony Blanco
Laurence Tubiana


À partir d'informations comptables et de dossiers bancaires relatifs à un échantillon de PME ayant déposé leur bilan entre novembre 1988 et janvier 1993, on étudie les comportements de l'entreprise en difficulté et de ses créanciers durant la période qui sépare le défaut de paiement du dépôt de
bilan, en mettant notamment l'accent sur les asymétries d'information entre les banques et les entreprises (Hoshi-Kashyap-Scharfstein, 1990 ; Asquith-Gertner-Scharfstein,1994). On analyse le processus qui mène à la défaillance comme une succession de phases marquées par l'apparition de signes manifestes de difficultés, appelés« signaux (défauts de paiement, conflits entre l'entreprise et ses partenaires...), auxquels correspondent des réactions de la part des banques et des décisions de l'entreprise. L'étude met en évidence les difficultés que rencontre le banquier pour
établir un diagnostic dans un environnement où l'information est imparfaite et coûteuse à mobiliser. Alors que la situation économique et financière de l'entreprise s'est déjà sensiblement détériorée, ce n'est généralement qu'après les premiers défauts de paiement ou dépassements de
découverts qu'il réagit. Face aulx sollicitations des clients, le banquier ne consent de nouveaux crédits qu'au cours des deux premières phases de difficulté, essentiellement dans le cas où celles-ci proviennent d'une dégradation brutale de l'environnement. En revanche, ils a tendance à se
désengager à partir de la seconde phase, surtout lorsque les difficultés proviennent de choix de gestion inadaptés à moyen terme.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+