Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Les externalités des systèmes de paiement - questions pour l'Europe

Dirk Schoenmacker Financial Markets Group, London School of Economics


Le rapide développement des transactions financières et commerciales réglées au travers de systèmes de paiement pour grands montants a fait naître des questions à propos d'un renforcement de la surveillance et du contrôle de ces systèmes. Cet article est axé sur les externalités des systèmes de paiement et le rôle approprié de la Banque centrale en tant que garant de la stabilité du système financier. Un cadre conceptuel a été développé afin d'analyser quelques caractéristiques clés des principaux systèmes de règlement. Pour les règlements compensés, les participants transmettent leurs ordres de paiement pendant la journée, mais ne règlent leurs positions qu'en fin de journée. Le risque majeur est qu'un défaut de règlement d'une banque peut entraîner le défaut de règlement d'autres établissements, en raison d'une soudaine insuffisance de liquidité et, par conséquent, déclencher une crise systémique. Afin d'éviter une telle crise, la Banque centrale peut se sentir obligée d'aider le participant défaillant et devenir par là même le garant implicite du système. C'est pour devancer les problèmes liés aux systèmes de paiement que les Banques centrales ont mis en place des politiques de réduction des risques. Une manière stricte d'éliminer le risque de crédit est de concevoir un système de règlement brut sans position pendant la journée. Néanmoins, les banques ont besoin d'un collatéral ou de réserves avant d'effectuer les paiements. Un manque de liquidités peut conduire à des retards de paiement et, pis encore, à un blocage du système, une nouvelle externalité. Finalement, les implications des systèmes de paiement sur la supervision bancaire et la politique monétaire sont examinées sous l'angle du rôle de la future Banque centrale européenne.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+