Le yen, monnaie de facturation

François Hada Ministère de l’Economie et des Finances, Direction des relations extérieures et Institut monétaire européen, Département monétaire, économie et statistiques
Benjamin Sahel
M. Diarra


Le problème économique posé au départ de cette étude est d'estimer la demande potentielle de monnaie étrangère par les entreprises compte tenu de la part des transactions commerciales réalisées en devises. Cette problématique est conçue par référence à la situation du yen. La devise japonaise constitue en effet une monnaie de réserve relativement importante pour de nombreux pays, notamment d'Asie du sud-est, tout en étant relativement peu utilisée par les entreprises de ces pays. Le dollar est en fait souvent préféré au yen, notablement pour une part importante des transactions réalisées avec des entreprises japonaises.
Les résultats présentés permettent d'étudier les effets des conditions de marché globales ainsi que de la profondeur et de la liquidité du marché des changes local, sur la base d'une simulation d'un alignement des coûts moyens des transactions de change sur une référence internationale. Des travaux futurs permettraient également d'examiner les effets de la coordination monétaire entre pays d'Asie du sud-est, dans le cas où il est tenu compte des interactions stratégiques entre pays par rapport à la décision de choisir telle ou telle monnaie pour libeller les échanges extérieurs.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+