Le policy-mix

Les articles réunis dans ce numéro tentent de faire le point de la réflexion sur la combinaison optimale des politiques macroéconomiques. Dans les années récentes cette réflexion a naturellement été questionnée et influencée par les transformations du contexte économique et institutionnel. En particulier la globalisation financière a bouleversé les conditions d'exercice de la politique monétaire parce qu'elle a beaucoup compliqué la formation et l'impact des taux d'intérêt et des taux de change. De même la montée des dettes et des déficits publics dans la plupart des pays industrialisés a compromis les marges de manœuvre des politiques budgétaires. Et surtout la mise en place de l'Union monétaire européenne va créer une configuration parfaitement originale dans laquelle une politique monétaire unique va se trouver associée à des politiques budgétaires multiples.
Mais la théorie du policy-mix s'est aussi enrichie des avancées méthodologiques qui se sont succédées dans le champ de la macroéconomie depuis l'article fondateur de R. Mundell. Si les questions de fond n'ont guère changé (existe-t-il une séparation possible entre les différents volets de la politique économique? Quels instruments affecter aux différents objectifs?), les réponses que l'on y apporte se sont beaucoup sophistiquées.
Aujourd'hui le cœur des débats autour du policy mix concerne l'interdépendance des politiques économiques. Il s'agit en particulier de prendre la mesure et de tirer les conséquences de l'incidence réciproque des politiques monétaires et budgétaires. Plusieurs arguments fondent cette interaction :
- d'abord parce que le maniement de la dépense publique, qu'il soit ou non financé par l'impôt, a des effets distordants sur l'allocation des ressources. Il est donc susceptible d'affecter le taux d'intérêt d'équilibre de l'économie, qui constitue le point de référence pour l'orientation de la politique monétaire;
- ensuite et surtout parce que la stimulation budgétaire engage l'avenir, au travers de l'accumulation de la dette publique. Lorsque celle-ci s'alourdit l'incitation à sa monétisation s'accroÎt, ce qui remet en cause la crédibilité de la politique monétaire. En sens inverse, des taux d'intérêt trop élevés conduisent (à solde primaire donné) à une augmentation cumulative de la dette publique qui peut s'avérer intenable. De sorte qu'une politique monétaire trop rigoureuse perd également sa crédibilité selon l'« arithmétique déplaisante » décrite par T. Sargent et N. Wallace. En se plaçant dans le cadre de l'Union économique et monétaire, on peut aussi souligner que le surendettement d'un ou plusieurs États-membres susciterait l'émergence de primes de risque sur les taux d'intérêt de la zone et une « surcharge » de la politique monétaire unique de nature à réduire ses marges de manœuvre et donc son efficacité. On voit que dans tous les cas, les contraintes de financement des déficits publics créent une interdépendance très claire entre les deux grands volets de la politique macroéconomique. Ceci crée une situation de jeu qui fonde l'utilité d'une coopération entre les autorités monétaire et budgétaire.


REF 45 Le policy-mix

publication : janvier 1998 256 pages

Editorial accès libre

Le conseil de l'Euro : un forum pour la coordination des politiques économiques accès libre

drapeau français uk flag

L'objet de l'article de Dominique Strauss-Kahn, Ministre de l'Economie et des Finances et de l'Industrie, est de présenter les motifs qui fondent l'attachement de la France au conseil de l'euro. Ce conseil de l'euro, crée au terme du Conseil Européen de Luxembourg au mois de décembre 1997, constitue un moyen, pour les participants à la monnaie unique, de renforcer leur coopération en matière de politique économique. Dominique Strauss-Kahn, tout en rappelant que l'objet de ce conseil n'est […]

Dominique Strauss-Kahn

Format PDF Lire l'article

L'équilibre du policy-mix de l'UEM : une condition essentielle de réussite pour la politique monétaire unique accès libre

drapeau français uk flag

En raison notamment de leur appartenance à un ensemble économique et financier fortement intégré (le marché unique européen), les Etats-membres de la future zone Euro présenteront (davantage qu'il n'est généralement admis) les caractéristiques d'une zone monétaire optimale. De plus, l'exercice du policy-mix devrait être facilité par des besoins d'ajustement moins aigus que dans la plupart des unions monétaires existantes. L'article évoque l'originalité du modèle de policy-mix de […]

Jean-Claude Trichet

Format PDF Lire l'article

La théorie du policy-mix : un bilan critique accès libre

drapeau français uk flag

Cet article étudie les développements de la théorie du policy-mix dans une perspective historique. On présente d'abord le problème de l'affectation optimale des instruments aux objectifs de politique économique dans un cadre statique d'économie fermée puis d'économie ouverte, avant de mettre en évidence l'intérêt du policy-mix dans les analyses dynamiques. La théorie du policy-mix ne prend en effet tout son sens qu'au travers de la contrainte budgétaire intertemporelle de l'Etat, qui […]

Patrick Villieu Jean-Baptiste Desquilbet

Format PDF Lire l'article

Performances macro-économiques françaises et policy-mix : quelques interrogations sur les années quatre-vingt-dix accès libre

drapeau français uk flag

Alors que la décennie quatre-vingt s'était achevée sur des résultats prometteurs, le bilan des années quatre-vingt-dix apparaît aujourd'hui mitigé. Des acquis importants ont été maintenus, mais la performance de la France en termes de croissance et de chômage est décevante. Il n'est dès lors pas illégitime d'interroger la politique économique suivie, alors que la dégradation de la situation budgétaire a été sans proche précédent, dans un contexte de taux d'intérêt très élevés. […]

Pierre Morin Jacques Pecha Florence Thibault

Format PDF Lire l'article

Les stabilisateurs automatiques sont-ils encore efficaces ? Le cas de la France dans les années quatre-vingt-dix accès libre

drapeau français uk flag

Cette étude essaie de comprendre pourquoi la forte détérioration des déficits publics du début des années quatre-vingt-dix fut associée à une augmentation massive du taux d'épargne, qui pouvait avoir contribué à émousser la sensibilité de l'activité économique à la politique budgétaire. Plusieurs explications sont explorées et testées : - l'existence des motifs de précautions liés aux inquiétudes relatives à l'avenir des systèmes de retraite ou à une sensibilité accrue […]

Jean-Phillipe Cotis Yannick L'Horty Bruno Crepon Renaud Meary Brian Jones Robert B. Montador

Format PDF Lire l'article

L'impact macro-économique du processus de convergence vers l'UEM et du pacte de stabilité et de croissance accès libre

drapeau français uk flag

Le travail présenté ici s'efforce de quantifier, sur la période 1995-2006, les effets sur l'activité d'un assainissement accéléré des finances publiques en Europe, associé au démarrage au 1er janvier 1999 de l'union monétaire et à la mise en oeuvre du pacte de stabilité. Cette perspective est comparée à un scénario de non réalisation de la monnaie unique dans lequel, sans diverger en matière monétaire et tout en réduisant très graduellement leurs déficits publics, les Etats-membres […]

Jean-Louis Nakamura Didier Eyssartier

Format PDF Lire l'article

Le pacte de stabilité est-il un accord efficace ? accès libre

drapeau français uk flag

Les pays européens ont convenu d'adhérer, après l'unification monétaire, à un "pacte de stabilité et de croissance" qui limite le niveau de déficit public. La nature de cet accord pose plusieurs questions, que nous abordons successivement : les pays européens conserveront-ils la possibilité de stabiliser les cycles ? Est-il vraiment nécessaire de contrôler les déficits publics, ou bien les réactions spontanées des différents pays en matière de politique budgétaire conduiraient-elles […]

Patrick Artus

Format PDF Lire l'article

Du bon usage des politiques monétaire et budgétaire en Europe accès libre

drapeau français uk flag

S'il est maintenant certain qu'une monnaie unique sera mise en place en 1999 pour 11 des 15 pays de l'UE, la question délicate de l'organisation des politiques économiques en UEM n'a pas été résolue. Depuis 1990, les pays européens connaissent la coexistence paradoxale d'un fort chômage, de forts déficits publics et de hauts niveaux de taux d'intérêt. L'explication néoclassique, selon laquelle des déficits publics trop élevés auraient conduits à des taux d'intérêt trop élevés, […]

Jérôme Creel Henri Sterdyniak

Format PDF Lire l'article

Banque Centrale et pouvoir politique dans une union monétaire accès libre

drapeau français uk flag

En l'absence d'union politique, les relations entre la Banque centrale et le pouvoir politique sont fondamentalement différentes dans une union monétaire de ce qu'elles sont dans un cadre national. Deux dangers menacent le fonctionnement d'une telle union. D'un côté, le souci politique de satisfaire une majorité de représentants nationaux peut conduire à des choix médians caractérisés par une flexibilité excessive. D'un autre côté, l'affirmation de l'indépendance de la Banque centrale […]

Christian Aubin

Format PDF Lire l'article

Les coordination des dépenses publiques d'allocation et de redistribution face au fédéralisme budgétaire en UEM accès libre

drapeau français uk flag

Le budget communautaire est aujourd'hui de faible importance (1,15/1,22 du PIB de l'Union européenne). Les dépenses communautaire sont des dépenses d'allocation (politique agricole commune, politiques internes) ou de redistribution (actions structurelles et actions extérieures). Il: n'y a pas de dépenses de stabilisation. La politique budgétaire a respecté l'accord d'Edimbourg 1992 (plafond des dépenses à 1,27% du PIB en 1999). Les dépenses agricoles (habituellement les plus importantes) […]

Pierre Llau

Format PDF Lire l'article

Le policy-mix vu de l'Allemagne accès libre

drapeau français uk flag

Pour des raisons liées à l'Histoire et au fédéralisme, lé définition du policy-mix en Allemagne fait intervenir une multiplicité d'acteurs autonomes dans l'exercice de leur fonction, mais soucieux de se coordonner. La maîtrise de l'inflation est, pour l'opinion publique, primordiale et le poids de la Bundesbank n'en est que plus fort. Le policy-mix n'est pas subordonné à cet objectif, mais il est envisagé sous l'angle de la stabilité, dans le sens de stabilité des conditions d'exercice […]

Hervé Bonnaz

Format PDF Lire l'article
Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+