Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Les banques belges face à l'État : une rétrospective (1935-1993)

Isabelle Cassiers Chercheur qualifié du FNRS (Fond national de la recherche scientifique) et Professeur à l'Université catholique de Louvain (UCL), Assistantes à l'UCL
Valérie De Briey
Florence Degavre
Anne-Catherine Provost
Franck Portier
Koichi lnamura
Angel Berges


Les "banques mixtes" qui ont soutenu l'expansion industrielle de la Belgique au XIXè siècle et au début du XXè siècle ont été scindées en 1934-35 en banques de dépôt d'une part et sociétés de portefeuille d'autre part. Cette réforme, introduite en temps de crise pour sauver le système bancaire de la déconfiture, a restreint le champ d'action des banques. L'économie de guerre et la montée de la dette publique aidant, celles-ci se sont largement tournées vers l'État qui devint pour longtemps le principal bénéficiaire de leurs crédits.
Les banques ont été fréquemment accusées d'avoir peu soutenu la croissance économique d'après-guerre - ou tout au moins celle du secteur privé ; elles s'en sont défendu en faisant valoir le carcan réglementaire qui inhibait leurs initiatives. L'allégement de ce carcan au cours des années soixante a-t-il contribué à l'accélération de la croissance économique ? Ou serait-ce plutôt la croissance vigoureuse qui permit l'assouplissement des dispositions réglementaires ?
Le système bancaire belge est resté longtemps à l'abri de la crise économique déclenchée dans les années soixante-dix, sans doute aidé par les bénéfices qu'il tirait de la montée de la dette publique. Mais depuis la fin des années quatre-vingt, la globalisation, la déréglementation et la désintermédiation forcent les banques à de nombreuses restructurations. Leur position oligopolistique dans le financement de la dette publique est ébranlée. En 1993, une réforme du statut bancaire inspirée par les directives européennes conduit à l'adoption du modèle allemand de banque universelle et clôt l'épisode historique de la "banque de dépôt".

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+