Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

L'arrangeur, conseiller du cédant

Jean-Pierre de Cormis Crédit Lyonnais
Isabelle Roseau
Carole Bonnet


Une opération de titrisation peut répondre à des besoins divers pour le cédant : refinancement, liquidité, gestion des risques, sources de fonds propres voire stratégie de développement. En fonction du but recherché par le cédant, l'arrangeur doit, dans la conception de la structure, concilier différents intérêts. Dans le cadre réglementaire français, il a à sa disposition de nombreuses techniques pour optimiser le bilan de l'opération.Il intègre les contraintes propres du cédant : celles qui découlent de son activité même (les actifs), celles qui sont imposées par ses autorités de contrôle. Il est soumis aux exigences des autres parties prenantes et notamment celles des agences de notation, des investisseurs des parts seniors et subordonnées, des garants ou assureurs éventuels.Enfin, une structuration réussie implique aussi de prendre en compte, en amont, les contraintes de gestion du FCC afin d'en assurer la viabilité sur toute la durée de vie.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+