Une nouvelle mesure du taux d'intermédiation financière : l'approche en volume

Gunther Capelle-Blancard ** Centre d'économie de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Labex RéFi ; Paris School of Business. Contact : gunther.capelle-blancard@univ-paris1.fr.


A en croire les études antérieures, la désintermédiation financière observée en France durant les années quatre-vingts n'est due qu'à un déplacement du champ d'activité des intermédiaires financiers. Cette assertion se fonde principalement sur la distinction entre les taux d'intermédiation en terme de demande et en terme d'offre. Mais lorsque les champs et les méthodes sont comparables, ces deux approches conduisent à des conclusions identiques : les tendances à la désintermédiation semblent confirmées dans les deux cas, même si, par définition, le niveau du degré d'intermédiation est plus élevé lorsque l'on considère le point de vue des établissements financiers. Il semble pourtant erroné de croire que les profonds changements qui ont affecté la sphère financière durant les années quatre-vingts (nouvelles technologies, innovations financières, déréglementation) ont eu, en France, une influence déterminante sur le comportement des agents en matière de financement (à l'exception notable de l'État). La valorisation des encours conduit en effet à amplifier les tendances à la désintermédiation financière de l'économie française. Cet article propose donc une mesure originale du degré d'intermédiation : la méthode consiste à utiliser des séries en encours, corrigées des phénomènes de valorisation, afin de ne retenir, parmi l'augmentation de la capitalisation boursière, que l'aspect « nouveau financement ». Cette approche, qui se traduit par le calcul d'un taux d'intermédiation en volume, dépasse le clivage traditionnel qui oppose le taux d'intermédiation en terme de demande et celui en terme d'offre. Mesuré sur la période 1980-1996, le degré d'intermédiation de l'économie française, corrigé des phénomènes de valorisation, est alors relativement stable.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+