L'expérience allemande - Les raisons de l'absence d'OPA

Thierry Walrafen Directeur des affaires européennes et internationales, Caisse des dépôts et consignations ; Directeur de la publication, REF.
François Jonchère
Yves Simon


Le marché financier allemand ignore encore les OPA. Cette technique de prise de contrôle se heurte en effet à de nombreux obstacles structurels, qui tiennent, plus ou moins directement, à l'importance particulière de l'intermédiation bancaire. Le marché des actions n'est pas à la mesure de la puissance de l'industrie allemande guère plus de 2000 sociétés anonymes, dont moins de 500 sont cotées. D'autre part, les entreprises cotées sont bien protégées: 50% du ca ital, en moyenne, est contrôlé par un actionnariat sable où les particuliers allemands ne détiennent guère que 16% des actions. Ensuite les concentrations d'entreprises sont strictement contrôlées au nom du respect de la concurrence. Enfin, la prédominance des banques favorise la pratique des restructurations industrielles hors marché.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+