Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Les conséquences macroéconomiques et financières du krach

Jean Cheval


Le krach boursier est intervenu en plein boom de l'activité mondiale, qui n'a exclu presque, aucun. pays. Ce mouvement de croissance a été particulièrement élevé au Japon, au Royaume-Uni et aux USA. A l'origine de ce dynamisme, deux facteurs essentiels : les effets positifs de l'effondrement du prix du pétrole et les conséquences de l'accord du Louvre. Cette dynamique ne peut être brisée à court terme car l'inertie de l'économie réelle est une donnée fondamentale. Ce fait est conforté par la faiblesse de « l'effet patrimoine » et par le caractère accommodant des politiques monétaires menées depuis le krach. Le sentier est très étroit entre la « sortie idéale » (évolution présente) et le scénario repoussoir (récession américaine). Si les effets du krach sur la sphère réelle ne sont paradoxalement pas significatifs, ses conséquences sur la sphère financière illustrent en tout cas une « surcapacité d'intermédiation financière ».

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+