Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Investissement et contrainte financière

Gérard Maarek ** Consultant en économie et en finance. Les auteurs remercient Jézabel Couppey-Soubeyran, François Meunier, Christian Pfister et Jean-Charles Rochet pour leurs commentaires.


L'économétrie classique échoue en général à révéler un lien de causabilité entre taux d'endettement et dépenses d'investissement, contredisant en cela l'intuition des praticiens de la banque et de l'entreprise. Une approche différente est proposée, qui fait s'exprimer la « contrainte financière » non dans le taux d'endettement, mais dans une condition portant sur la dynamique de la dette : en régime permanent, le taux d'intérêt doit être supérieur au taux de croissance de la dette ou encore le « solde financier » des agents endettés, différence entre les emprunts nouveaux et le service de la dette, doit être négatif. Or cette règle de l'orthodoxie financière a pu être constamment déjouée pendant les années soixante et soixante-dix, grâce à l'administration des marchés et à la dérive inflationniste. A nouveau en vigueur au début de la décennie quatre-vingt, elle a obligées débiteurs à un effet d'austérité qui a porté prioritairement sur leurs dépenses d'investissement.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+