Quelques questions sur la conduite d'une politique monétaire unique dans une zone économique et financière en voie d'intégration

Pierre Jaillet Directeur général, Banque de France. Contact : pierre.jaillet@banque-france.fr.
Christian Pfister * Conseiller du gouverneur, Banque de France ; Paris 1 Panthéon Sorbonne ; Sciences Po. Contact : christian.pfister@banque-france.fr.Les vues exprimées sont celles de l'auteur et n'engagent pas la Banque de France, l'Eurosystème, Paris 1 Panthéon-Sorbonne ou Sciences Po. L'auteur remercie Adeline Bachellerie, Françoise Drumetz, Jean-Michel Godeffroy, Julien Lasalle, Andrés Lopez-Vernaza, Anastasia Melachrinos, Lionel Potier, Mariana Rojas-Breu et Nicolas de Sèze pour leurs remarques. L'auteur reste seul responsable d'erreurs éventuelles.
Benjamin Sahel


Depuis 1999, le débat sur l'adéquation de la zone euro aux critères d'une ZMO n'est plus de mise. Il n'en subsiste pas moins un débat sur les risques d'une politique monétaire unique one size fits all conduite dans une zone économique et financière encore hétérogène. Les questions posées concernent pour l'essentiel :- la synchronisation des cycles macroéconomiques ;- les écarts structurels entre États membres ;- la capacité des mécanismes d'ajustement macroéconomique à pallier l'absence de politique monétaire nationale ;- l'efficacité du dispositif de coordination des politiques économiques en l'absence du budget fédéral ;- les spécificités nationales des canaux de transmission de la politique monétaire ;- le rôle du taux de change au sein de la zone euro.Cet article s'attache à examiner ces différents points.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+