Les enjeux des politiques monétaires dans les pays en développement

Patrick et Sylviane Guillaumont Professeurs à l'Université de Clermont I - CERDI


Le présent article étudie d'abord pourquoi une politique de stabilité monétaire facilite la mobilisation des ressources internes en vue du développement. Pour ce faire, il se situe dans deux grands débats théoriques actuels, relatifs aux effets que la hausse du niveau général des prix exerce sur le taux global d'épargne, soit à travers la répartition des revenues (théorie de l'épargne forcée), soit à travers la rémunération de l'épargne (théorie de la répression financière) ; il est ainsi conduit à dénoncer les illusions de l'épargne forcée et les méfaits de l'inflation sur l'épargne volontaire. L'article analyse ensuite quelle politique monétaire favorise une gestion efficace de l'économie. Il indique ainsi les avantages, mais aussi les risques, de la sélectivité du crédit, et le rôle respectif que les banques centrales des pays en voie de développement sont tenues de jouer dans la surveillance des banques commerciales. Il montre enfin comment une politique monétaire inflationniste, considérée par certains économistes comme le moyen de modifier efficacement la structure interne des prix, est le plus souvent un facteur de déformation des prix relatifs et d'incertitude conduisant à un investissement moindre et mal orienté.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+